Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

lundi 28 novembre 2016

Prémices à un défi personnel de lecture que j'ai intitulé « Rafales de lectures »

Depuis que j'ai découvert l'univers des Youtubeurs littéraires, surnommés « Booktubeurs » pour les habitués, l'envie me vient de les imiter. Bien que je sois habile à filmer et à effectuer le montage d'une vidéo, après quelques essais, je me suis rendu compte que je ne l'étais pas pour présenter des oeuvres devant un public invisible (internautes). Pas que je sois gênée ou intimidée par le concept. Je ne suis pas habile pour ce type d'animation. Or, comme Mlle Margaud* le dit dans une de ses vidéos sur comment devenir à son tour Booktubeuse, au début, l'animatrice était gauche, mais avec le temps et l'expérience, tout a fini par couler. 

Or, en raisons d'obligations personnelles, je due repousser ce projet loin dans le temps. Je ne pourrais donc pas réinterpréter à ma façon les Booktubeurs québécois - qui sont rarissime! - comme AudréeM, MaxBooking ou Camille Thériault.

En naviguant sur la toile, en arpentant de plus près le repaire de chacun de ces animateurs littéraires (il y a en bien plus que ceux que je mentionne), j'ai découvert ou redécouvert un concept de lecture que décida de considérer d'un oeil attentionné. Les Européens l'appellent « Challenge de lectures ». Probablement une reprise traduite mot pour mot des Étasuniens sans être doué pour l'originalité. 

Au Québec, il a existé une variante en 2015 que l'auteur et conférencier Dominic Bellavance appellait « Le grand défi de littérature Québécoise » et en était l'investigateur. Ce « défi » consistait à lire un nombre ciblé de livres québécois sur une période fixe d'une année. Le projet m'avait intéressé, certes, mais étant donné le trop grand nombre de contraintes et le nombre de lectures au total que nous avions à atteindre, j'ai laissé l'activité aux mains des gens plus chevronnés que moi. 

Aujourd'hui, j'ai décidé de concrétiser ce défi, non pas celui issu de la variante Bellavancienne, mais celui Européenne, sans me limiter à des lectures hors Québec. Les Booktubeurs Européens semblent n'arrêter leur choix que sur des romans populaires, contemporains ou de masse, rarement aux lectures plus indépendantes, marginales ou tombées dans l'oubli sous ce flot de publications annuelles. Je ne dis pas non à cette lecture de masse. Or, je préfèrerai pour mes « Rafales** », des lectures moins ciblées (ou commerciales) qui méritent tout aussi l'attention. Ou encore, de percevoir ces lectures autrement. Comme le roman Tome I de Hunger Games qui m'a profondément marqué, pas parce qu'il s'agit d'une lecture populaire ou d'une aventure spectaculaire, parce qu'il comprend des valeurs humaines universelles et sa petite dose à la Charles Dickens qui m'avait attiré dès ma première rencontre avec cet univers - même si elle était filmique. 


Pourquoi me lancerais-je dans cette aventure « Rafales de lecture » ? 

  • Je veux faire baisser ma PAL (Pile À Lire) qui est haute, haute, haute... et qui baisse si rarement et en fait, qui ne fait qu'augmenter ! ! ! (Si vous désirez en apprendre plus sur ce qu'est une PAL, je vous encourage à visionner cette vidéo intrigante et animée de Mlle Margaud Liseuse. ;) ) 
  • Je ne veux pas me sentir obligée de lire mes livres, sauf si ce serait pour en faire une étude ou une analyse, mais ce serait bien après lu pour le plaisir, une première fois. 
  • Je désire avoir tous les jours, sous la main, une lecture, sans devoir chercher un peu partout ce qui pourrait m'intéresser ou m'animer***. Et en général, je n'aboutie qu'avoir entre les mains un journal ou au mieux, un magazine ou revue. 
  • Pour découvrir plus rapidement ce qui ce fait chez des éditeurs québécois et pour éventuellement leur soumettre mes propres projets d'écriture. Je me dis toujours que je pourrais lire un lot de romans d'une même maison pour bien me familiariser avec ses lignes directrices, tout en sachant que je le percevrais comme une lecture imposée dont je ne me régalerais pas vraiment. Tandis que glisser dans une Rafale de lectures, de manière ludique, ah là! L'activité me paraît plus captivante.
  • Enfin pouvoir effectuer la lecture de livres dans lesquels je souhaitais plonger depuis très longtemps, parfois plus d'une décennie ans, mais mon intérêt n'était pas assez propulsé dans le temps et l'espace. J'avais besoin d'une petite motivation pour oser davantage ces lectures. 
  • Ce peut aussi être lire des écrits d'auteurs dont j'ai entendu parlé souvent ou qu'une seule fois. Ou dont je n'avais lu qu'une seule oeuvre que j'avais bien aimé. Pourquoi ne pas davantage découvrir ses créations? 

À SUIVRE...


*Exemple d'une vidéo de cette Booktubeuse d'origine suisse. 
**Le nom que j'ai décidé de donner à cette sorte de « challenge » de lectures.
***Un peu comme un collègue auteur et blogueur (Pierre-Luc Lafrance) qui affirmait dans un billet ne plus avoir le temps, ni l'âge pour lire des livres qui ne l'intéressaient pas, au final. Il préférait se concentrer sur ceux qui pourraient lui apporter quelque chose. Malheureusement, en revisitant son blogue, je n'arrive plus à retrouver le billet en question, même après avoir remonté jusqu'en 2014. Si l'auteur se manifeste et le retrouve, pour que je puisse l'inclure dans ce billet, je lui en serais profondément reconnaissante. 

* * * * * * * * * * 

À noter que je ne ferais paraître le prochain billet que dimanche, le 4 décembre, en raison de ma participation à un Marché de Noël, dont vous retrouverez les informations ici

J'y vendrais les mêmes créations que durant ma présence à la foire Extraordin-Artiste d'automne, avec un surplus de mini-livres, parce que l'endroit où j'exposerais sera une école primaire, donc, il y a de fortes chances qui s'y trouveraient un beau lot de frimousses qui pourraient être intéressés à mes petits chats. ;o)

vendredi 25 novembre 2016

Deux semaines que je promotionne... (Spécial « Étrange Vendredi »)

Depuis que je me suis ouverte une boutique sur Etsy, j'essaie de temps à autre des concepts de vente. Il y a peu de temps, j'ai fait une petite séance de photographie avec mon assistant Gizmo, le Mogwaï! 

 

C'est fort agréable quand on se rend compte qu'une créature qui provient du bout de notre galaxie apprécie notre style d'écriture et en redemande. hihi 

(Je ne sais pas si cette idée portera fruit. En tout cas, elle ne peut pas être moins loufoque. ;oP )

Pour cette fin de semaine (25 au 27 novembre jusqu'à 23h59), il y a un événement  commercial international que je pense être affilié au Thankgiving étasunien et qui s'appelle Black Friday. Une sorte de Boxing Day devançant le temps des fêtes... servant à se procurer des produits, à moindre coût, pour le temps des fêtes.  

Dans le reste du monde, en français, l'événement a été tout simplement traduit par « Vendredi Noir ». Or, pour la littéraire que je suis, cette formulation ne veut rien dire ou pourrait être prise péjorativement. 

Comme je considère l'événement être une étrange ou curieuse chose entouré d'une frénésie hors de  coutume, j'ai décidé de réinterpréter son intitulé en un Étrange Vendredi. Je sais. J'aurais bien pu ne pas embarquer dans ce système. Mais l'entrepreneure en moi et marchande intéressée ont emboité le pas. 

Alors, pour cette fin de semaine (y compris ce vendredi) jusqu'à dimanche à 23h59, si vous entrez le code promotionnelle « Etrangevendredi » lorsque vous effectuez un achat à ma boutique Etsy, vous aurez le droit à un 20% de rabais sur celui-ci! Ce rabais s'applique à tous mes produits. Donc, si vous choisissez l'un de mes signets avec micro-nouvelle, au lieu d'être 3,40$*, il sera pour vous 2,75$. Même situation pour mes cartes de souhaits. Au lieu de 5,55$**, elle sera à 4,45$.

C'est le temps de vous procurer des petits cadeaux originaux, mignons et québécois! Ou votre première ou seconde parcelle de mon art, qu'il soit pictural ou littéraire. ^.^ 

*Son prix original est de 2$, le 1,40$ sont pour les frais de mises en vente d'Etsy et postaux
**Pour ce produit, les frais postaux ne sont pas inclus. 

* * * * *

C'est la première fois que j'essaie de type de promotion. Je me dois de l'essayer pour en connaître la teneur. Si je m'égare, je le saurais de sitôt. Si c'est le contraire, ben, je saurais que je suis sur la bonne voie. 

dimanche 20 novembre 2016

Des créations ciblées pour ma dernière foire d'artisanat (dont galerie photos de celles-ci)

Je ne vous avais pas encore détaillé les différents produits que j'avais offerts durant cette foire d'Extraordin-Artiste. Voici le billet les concernant. 

Chez moi, sur une étagère traînait un gros sac de retailles de tissus que j'avais récupéré au moment même où une parente avait décidé de s'en départir. Ç'en faisait du matériel destiné à la poubelle! « Non! Non. Ça, c'est à moi! » Dans un avenir proche – même si c'est devenu un avenir loin -, j'avais en tête de concevoir quelque chose ces tissus. Sans savoir QUOI exactement.

Comme je vous en avais déjà parlé, j'avais soumis mon dossier d'artisane à quatre foires différentes depuis mai 2016. Etsy Fait à Montréal (une artisane s'essaye!), Le Marché Au Pied du Courant, Le Marché des Possibles et Extraordin-Artiste d'automne. 

Dès que j'appris que ma candidature avait été retenue pour la dernière (deux mois auparavant), je décidais de me lancer dans la confection de produits plus artisanaux qu'imprimés. Sans replonger le nez dans le papier mâché ou la pâte à sel. Pas envie. Pas le temps. Des obligations plus importantes, en parallèle, m'empêchent de m'en demander trop. 

Je me décidai, d'une part, de me lancer dans la confection de petites poupées hiboux avec les bourrant de mes retailles de tissus irrécupérables. D'une autre part, de donner le coup d'envoi à un concept que j'avais en tête depuis plus d'un an, soit d'effectuer une sorte de broderie sur quelques foulards tricotés J'avais pensé aussi à concevoir des sous-plats avec la même méthode. Dès que j'accompli un premier exemplaire, j'ai décidé d'attendre avec de poursuivre dans cette voie. Je dus choisir de compléter mes peluches en premier, parce qu'elles exigeaient de moi un long travail d'élaboration – auquel je ne m'attendais pas.

Mes premiers essais ont été moches. (En gros, leur processus de création ressemble beaucoup à la confection d'un oreiller.) Car une fois avoir retourné le tissu (deux pièces cousues ensemble) à l'endroit, la poupée devenait trop étroite pour être vraiment intéressante à offrir. O.o 

Du premier abord, en n'ayant qu'à l'esprit le travail à faire, j'avais cru que celui-ci aurait été facile. Eh ben non. Rapidement, j'appris ce que j'aimais et n'aimais pas accomplir durant leur élaboration. Rapidement, je compris que ce n'était pas ça, ma vie. Que l'écriture reviendrait au galop, comme oxygène premier. 

Mais pour l'Extraordin-Artiste qui s'en venait, je me devais de finir ce que j'avais commencé. Alors, je ciblais la confection à la main d'une quinzaine de poupées de ce modèle et du mêe nombre de pelote-chats à épingles. Le reste du matériel que j'emporterai serait le même que pour les autres foires, dont quelques Feux Follets en pâte à sel. Qui sait s'ils n'y trouveraient pas preneur?

Le résultat : 

Petite famille de hiboux. ^.^ 




Pelote-Chat d'épingles



Décoration murale tricotée, puis brodée







Cartes de souhaits avec texte ou mise en scène

Cartes de souhait sans texte



Les anciennes créations, toujours disponibles : 



 Présentation de mes mini-livres lors de l'envoi de mon Infolettre






  Oh!!! Gizmo a sous la main des exemplaires de mes signets avec micro-nouvelles!! 







Quelques uns de mes FeuxFollets en pâte à sel + un CD emprunté de ce génialicime film... 





Ma nouvelle autoéditée « Réveille-toi petit ! »
qui avait trouvé preneur à cette foire.





Simplement petit Groot
 qui est content que je vous montre
 toutes ces créations. lol






Différentes affiches* offertes à cette foire

FIN

*Deux d'entre-elles sont également disponibles à ma boutique Etsy

vendredi 18 novembre 2016

Le Salon du Livre, pour moi, cette année...

Cette année, j'ai décidé de faire une pause de cet incontournable. D'ordinaire…


  • J'y aurais été comme littéraire, amoureuse des livres, des mots et de l'art dépeint sous toutes ses formes. 
  • J'y aurais été comme écrivaine qui cherche à connaître de nouveaux éditeurs ou en apprendre plus sur ceux déjà établis.
  • J'y aurais été pour retrouver des collègues et bons camarades que je ne côtoie pas en dehors de cet événement (hormis par Facebook), parce que je ne vais plus aux mêmes endroits qu'eux. Par désintérêt ou renouveau dans ma vie.
  • J'y aurais été parce que j'aurais créé quelque chose de nouveau, quelque chose à partager. 

Cette année : 

Rien de neuf côté production littéraire. 

Pas assez de conférences intéressantes ou autres activités surprenantes à ce Salon.

Pas d'emploi obtenu non plus près d'éditeur que j'aime ou admire. 

Plein de collègues, eux, qui a un bouquin à montrer : le dernier tome d'une série, le premier d'une nouvelle, 
ou un prix gagné à célébrer. 


Ce récit ne semble-t-il pas étrange? Une littéraire qui ne va pas à l'Incontournable de l'année? 

Ben, je connais des auteurs de longue date qui n'y iront pas plus, parce qu'ils n'ont rien publié, alors…

lundi 7 novembre 2016

Le salon Expozine sujette aux débats / Retrouvez-y mon kiosque!

L'an passé, un faux débat avait fait trembler le groupe Facebook d'Expozine. Il concernait les toilettes du sous-sol d'église où l'événement avait lieu, toilettes qui n'étaient pas binaires. « Hein? Des toilettes binaires? » Moi aussi, cette formulation m'avait surprise. Une personne – sur plusieurs milliers – se plaignait qu'il (des toilettes unisexes) n'y en avait pas. Et comme nous savons à présent comment fonctionnent les débats sur les réseaux sociaux, plein de Facebookiens se sont mêlés, tantôt pour donner du poids à l'argumentation, tantôt pour chialer juste pour chialer - comme tout bon troll qui se respecte.

Et il semble que cette broutille a suffi pour faire bouger l'équipe d'Expozine. Celle-ci aurait cherché toute la présente année pour un espace plus grand* et comprenant les toilettes demandées. L'événement aura lieu cette année au même sous-sol d'église que celui du SDAUM et celui de Puce Pop Montréal, soit l'église St-Denis.


*de toute façon, cela faisait déjà plusieurs années que l'organisation anticipait transporter l'événement dans un autre lieu.


Une question épineuse

Cependant, cette année, un nouveau débat a fait irruption – et dans lequel je me suis plus ou moins mêlée, dont deux collègues, un auteur et une artiste. Un débat plus sérieux. Celui de comprendre pourquoi certains candidats avaient eu des réponses dans les temps, soit deux semaines après la soumission de leur formulaire d'inscription et d'autres pas. Et ce, même s'ils s'étaient inscrits pratiquement dès sa mise en ligne.

Le fait est que dès l'ouverture des inscriptions, un amont de gens se lancent à l'assaut du formulaire en ligne pour soumettre leur candidature. Moi, comme bien d'autres citoyens, croyais depuis longtemps que la façon d'entrée d'obtenir une place pour ce salon était « Premier arrivé, premier servi ». Cette croyance ayant été nourrie par des pairs qui croyaient la situation comme telle. 

J'ai écrit à l'organisation pour tenter de comprendre ce qui n'allait pas. Autant par courriel qu'un peu directement sur Facebook. Mes deux collègues s'inquiétaient de la tournure des événements. Ils n'avaient jamais reçu de nouvelles de leur inscription – qu'elle soit positive ou négative –, même s'ils s'étaient inscrits parmi les premiers, et le Salon arrivait à grands pas.

Or, j'apprends par M. Rastelli lui-même (l'organisateur/grand ancien en chef) que cette manière de procéder n'avait jamais eu lieu. O.O

___________________________________________________________
Dire que je me donnais la peine, année après année, d'être présente en ligne (de chez moi ou à la bibliothèque) dès la première heure, pour avoir une chance de m'inscrire dans les temps... Apprendre quatre ans plus tard que j'entreprenais cette action en vain...
___________________________________________________________

Être ou ne pas être retenu

D'après ce que j'en ai compris, si le candidat qui ne se serait pas fait un nom auparavant et qui plus est contre lui-même témoignait de manière négative son mécontentement sur le groupe Facebook d'Expozine, il serait barré pour cette année. Du moins, c'est mon sentiment. Or, ma collègue artiste, elle, n'en était pas à sa première présence à Expozine. Je l'avais rencontré lors de ma courte exploration annuelle, en 2014. Et était la personne qui avait gentiment posé la question : « Mais qu'arrive-t-il avec les inscriptions? ».

De cette histoire, j'en retire quelques appréhensions. Cela fait environ 15 ans qu'Expozine existe. Il a reçu des prix du Conseil des Arts de Montréal pour sa superbe contribution à la culture. Mais... comment l'organisation peut-elle arriver à un événement réussi, à bout de bras, avec seulement deux membres dans son effectif? (J'imagine que M. Rastelli est inclus dans ce minusculte chiffre.)

D'autres événements fonctionnent aussi avec peu d'effectifs

Le GeekFest - que je considère être un congrès déguisé en festival – est encore petit, mais il y a toute une équipe dernière, qui fait en sorte que l'événement roule, et roule fort. (Malgré un problème de visibilités du côté de sa salle d'exposition, à ce qu'on m'a dit, pour l'édition de l'an dernier)

Le congrès Boréal 2016, à Mont-Laurier, me parut génialissime, pensé, étudié, travaillé, et dont l'équipe était généreuse, complète et enthousiaste. Il est vrai que celui de 2015 avait été maintenu anémiquement par une personne dans sa Bulle. Mais je suppose que l'événement a tenu debout parce qu'il n'était pas que deux à y voir. Malgré le désintérêt du chef a travaillé en équipe.

Je sais qu'il y a eu un festival de musique orchestré par deux femmes seulement (en région, je pense) qui coordonnaient les concerts offerts dans différents lieux, tantôt des bars, d'autres des libraires, des restaurants. Des endroits à découvrir, autant pour les produits qui s'y vendent que pour les musiciens présentés. Et l'organisation n'en était qu'à leur première année! 

* * * * * * * *

Retrouvez mon kiosque à Expozine 2016!

Je profite de ce billet pour propager la bonne nouvelle. Mon dossier a été retenu pour ce prochain Expozine, mais je pense davantage parce que j'avais l'intention de réserver qu'une seule journée. J'imagine que cette idée à porter fruit ne sachant pas que le nombre d'acceptés serait réduit ni que le salon changerait de lieu. Je me suis pour ainsi dire prise au piège dans les rangs d'un Expozine différent. D'une certaine façon, je ne devais pas prendre paroles – sur le groupe Facebook du Salon – pour ceux qui n'étaient pas acceptés. Comprenez le malaise.




Je ne serais présente que le dimanche, le 13 novembre 2016, de 11h à 18h, au sous-sol de l'église St-Denis (5075 rue Rivard, Montréal (Québec), Métro Laurier, Sortie Laurier (l'église devant vous!)) Je détaille cette nouvelle présence et expérience dans mon Infolettre* de Novembre, auquel je vous convie :




Au plaisir de vous voir à mon kiosque et de vous faire découvrir mes petits trésors!! ^_^ 



*Notez que dès qu'elle atteindra une quinzaine d'abonné-e-s je ferais tirer l'un de mes nanolivres! À offrir en cadeau ou à garder précieusement dans votre bibliothèque. ;o)