Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

Pour un temps indéterminer, cette formule :

« Deux billets par semaine. Pêle-mêle.
Généralement le jeudi et le dimanche, à midi. » sera suspendu jusqu'à ce que je retrouve mes aises dans mon nouveau chez.

Merci de votre attention.


Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

jeudi 31 mars 2016

Le concept de ces nano-livres



Le contenu


En premier lieu, leurs historiettes. Les formats de cette série étant étroits, j’imaginai des récits courts (moins de 500 mots) que je baptisai « historiette ». Chacune porterait sur « l'histoire vraie » de chats. Des moments du quotidien, anodin, devenant extraordinaire. Surtout aux yeux des enfants. 

Résumé de chaque titre publié :


Chat plein d’amour 

L’histoire de ton ami chat (ami du lecteur/de la lectrice) qui a beaucoup d’amour à donner. Et voilà qu’il le donne à en perdre sa personne. Et voilà qu’il le retrouve. Toi seul sauras comment il le recouvre. 


Chats d’affaires 

Saviez-vous que les chats ont une double vie? Ils sont nos élèves, bien malgré nous. Ils s’élèvent de leurs propres façons, deviennent des maîtres de leur profession. Un sujet à démasquer, un sujet encore tabou. 


Chatte d’une mésaventure 

La petite Serencha attend au pied de la porte le moment idéal pour sortir de la maison. Non comme une fugitive, mais comme une petite chatonne très très curieuse. La Nature l’appelle. 




Mes historiettes, je les voulais simples et amusantes, qui jouent avec le sens des mots et la façon de les orthographier, en plus de les lier entre elles grâce au pouvoir de la rime. 


En deuxième lieu, pour leurs illustrations, je vous renvoie à ce billet (qui détaille davantage qu’ici). Chacune est pensée pour illustrer un concept ou un sujet précis, soit qui se définirait à elle seule une bonne partie du texte qui les accompagne. Parfois, je me suis inspirée de ces images pour écrire le texte, parfois du texte pour réaliser ces images.



« Chat plein d'amour » vu de face/haut et semi-ouvert



Une panoplie de « Chats d'affaires »!
(Effectivement, deux version existent...)



« Chatte d'une mésaventure » vu de face et fermé


Le contenant


En troisième lieu, leur allure. Pour mes premiers imprimés, j’imaginai une structure spécifique avec l’aide de mon logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur) une façon de le présenter, de le monter. En gros : 

  • Pour « Chat plein d’amour », l’imprimé devait être plié de telle sorte qu’il semble contenir* 5 pages de fiction, 2 pages de crédits et 1 page-surprise. 

  • Pour « Chats d’affaires », un format plus classique, de 3 pages de fiction et 1 page-surprise. Ses crédits se retrouvent au dos de l’ouvrage. 

  • Pour « Chatte d’une mésaventure », un format imaginatif semblant contenir 4 pages de style « bédé » pour le texte de fiction, 1 page « régulière », 1 page de crédits et le 3/4 d’une page-surprise. 

*Je ne compte pas ici les deux pages de couverture. 


Pour les deux derniers titres, je ne m’avance pas à les décrire, leur apparence n’étant pas encore décidée. Seul leur titre déjà choisi vous donnera une petite idée de leur historiette à venir : « Chat pas d’âge » et « À hauteur de chat ». 



Projet final anticipé


Au bout du compte, chacun de mes nano-livres de la série « Chat » devrait se décliner en différents formats. Comme je n’ai fait aucune étude en graphisme ou en infographie, ce projet est pour moi un peu comme un projet pratique et autodidacte d’explorations. Tantôt pour son volet « contenu » (quel type d’images et de texte il contiendra, planification et réalisation de ceux-ci), tantôt pour son « contenant » (mise en page, type de pliage, présentation au public). Dans mon esprit, j’espérais apprendre de cette façon les bases de la PAO pour avoir la possibilité d’éventuellement publier un projet plus gros ou complexe. Comme je le mentionne dans mon texte d’introduction au projet inscrit sur « Chat plein d’amour ». 

Après deux ans et demi à y voir, je perçois le projet autrement. Dans l'avenir, j’espère réunir tous ses différents formats au même endroit, c’est-à-dire dans une publication plus soutenue : celui d’un album pour la jeunesse. Donc, son public* aura le choix entre la version « trésor » et la version plus classique, avec toutes mes historiettes réunies.


Les lierais-je entre elles? 

Demeureraient-elles séparées? 

Y ajouterais-je d’autres contenues : 

d’autres histoires ou d’autres illustrations? 


Pour le moment, la manière de présenter ces historiettes demeure en cours d’études. J’aspire bien sûr réaliser mes deux derniers titres avant de me lancer dans ce projet plus grand. Par ailleurs, je ne sais pas encore si je soumettrai mon projet final à un éditeur ou si je me lancerai dans un processus d’autopublication. Si je choisis cette option, j’essayerai le sociofinancement pour assurer la vitalité du projet. Or, si mon projet tombe entre les mains d’un éditeur, je ne dirais pas non. Travailler en équipe avec une personne qui s’y connaîtrait davantage que moi en publication pour la jeunesse serait également une option intéressante. - -


*Quand je dis son « public », je fais référence à un public hétéroclite, amateurs de chat, qui ont entre 4 ans et 100 ans. Le public de ma série « Chats » n’a pas d’âge, contrairement à un « album » qui est plus destiné pour la jeunesse.



Partie II de II 

Première partie de ce billet. 

dimanche 20 mars 2016

L'aventure Nano-Livres! : trois naissances différentes


Mise en situation

- J’adore ce que fait l’artiste Syreeni. Je trouve qu’elle a eu une bonne idée pour ses « nano-livres » comme elle les appelle. 

- Mais de quoi tu parles? 

- Tu sais, les petits livres sur les chats qu’elle vend à Expozine. 

- Ah oui! Ces petits miracles. Vraiment trop mignon. 

- Haha! Tu as raison. 

- Au fait, pourquoi elle les nomme comme ça? 

- Elle me l’a expliqué la dernière fois que je suis passé à sa table. À son premier Expozine, elle pensait créer un « fanzine », parce que là-bas, c’est ce qu’on y vend. Puis, en poursuivant le projet, surtout en le proposant au Prix Expozine, elle réalise que ces petits livres ne sont pas tout à fait des « fanzines » et qu'il serait préférable de le recatégoriser comme « livre »*.

- Même s’il n'est fait que d’une seule page?

- Eh oui mam’zelle! Un concept sous lequel Syreeni décide de présenter désormais ces nano-livres.

- Mais pourquoi nano? Elle aurait pu aussi bien dire « mini-livres ».

- Ah ben! C’est parce qu’elle adore la science-fiction et dans ce qui se passe à l’heure actuelle côté avancées scientifiques, le terme « nano** » revient constamment. Elle décida de le saisir pour son propre projet. Voilà tout!

FIN

*Trois catégories possibles (Livre, Fanzine et BD) pour soumettre un projet au prix Expozine, chacune pouvant être déclinée en français et en anglais (ex. un prix pour la meilleure BD en français et un autre en anglais). 
**Le mot « nano » est un préfixe qui signifie « extrêmement petit ». 


Trois naissances différentes


Avais-je bien déjà parlé de mes nano-livres sur Tout en Syreeni? Après quelques recherches, je retrouvai effectivement des billets* là-dessus. Je les avais rédigé il y a si longtemps que je ne m'en rappelais plus. Des billets portant surtout sur mon tout premier titre « Chat plein d’amour », mon tout premier « bébé ». Il est normal qu’une « mère » (créatrice) parle abondamment de son premier « bébé ». Mais pour la suite, pour ses petits frères? Presque pas. Pourtant, ils mériteraient aussi d’être montrés au grand jour, non? ;o)

*Voici l'un de ces billets :o)

« Chat plein d’amour » est né assez facilement. J’avais imaginé son gabarit depuis un bout, puis j’avais en tête une idée du type de dessin qui s’y trouverait. Je m'étais lancée dans l’aventure presque sans filet. J’ai été chanceuse. Son premier vrai tirage avait été le seul, c’est-à-dire que deux jours avant Expozine, je demandai ce qu’on appelle « des épreuves » d’une ou deux feuilles. Je revins chez moi effectuer les petites corrections. Le lendemain, je retourne chez un imprimeur (même pas le même que la veille), tombe en amour avec le résultat, en tire une soixantaine d’exemplaires. Enfin! Il était tellement beau, sentait tellement bon, l'encre fraîche tout juste déposée sur le papier neuf. 

Or, je ne m’étais pas arrêtée là. Presque en même temps, j’avais travaillé aussi sur son successeur, « Chats d’affaires » qui avaient la même forme que son frère. Or, faute de temps, je ne pouvais en tirer une épreuve. Je me lançai encore sans filet, pour une impression d’une quarantaine d’exemplaires… qui fut un désastre. 

Lors du premier tirage de ce titre, deux problèmes se présentaient à moi : d’une part, il y avait une police de caractère que les ordinateurs de mon dernier imprimeur ne saisissaient pas. D’une autre part, deux de ses dessins ne voulaient pas s’imprimer avec la teinte légèrement sépia que vous y rencontrez due à la couleur rouge de sa « couverture ». Pour ce problème, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi, ayant numérisé chacun de mes dessins de la même façon et enregistrés sous le même format (et ce mystère est demeuré, encore aujourd'hui). Pour la police de caractère, c’est encore un apprentissage. Parfois, si elle est trop fine, au lieu de l’imprimer comme il faut, l’ordinateur « étranger » choisit pour moi une police qu’il saura lire, mais qui ne conviendra plus pour ce à quoi je m'attendais comme produit final. 

Pour « Chats d’affaires », j’en fus réellement satisfaite qu’une fois arrivée à sa 4e version! Une pseudo 5e version existe, avec une illustration de couverture différente et des corrections mineures au texte. Version qui correspond en fait à une réédition de la 4e version. ;-) Comme je n'ai pas fini d'écouler la première 4e version, je continue à offrir les deux. 

Désolée si vous vous êtes procuré des versions antérieures plutôt imparfaites. Il y a toujours moyen de s’arranger ou bien conservez-les comme traces d’un antécédent à « Chats d’affaires ». :o) 

Pour « Chatte d’une mésaventure », l’histoire est tout autre. Je n’ai pas eu de problèmes d’impression de police de caractère. J’en ai eu un, par contre, pour une de ses illustrations qui n’avait pas le rendu que je désirais (absence de sa teinte sépia) une fois imprimée. De plus, j’étais tantôt insatisfaite de la plupart de ses illustrations, tantôt de son texte écrit trop vite. Pour Expozine 2015, j’ai tâché de lui conférer tout l’amour qui lui manquait. 

Pour « Chatte d’une mésaventure », il n’y eut que trois versions. 

Désolée encore si vous vous êtes procuré la 2e version non officielle, dont l’histoire porte sur un petit Léo trop curieux. L’histoire avec Serencha est pratiquement la même, seules plusieurs illustrations diffèrent, et son texte est harmonisé avec le nom de son nouveau personnage. 

Ce billet a été divisé en deux. À suivre...

Pour lire sa deuxième partie :  (lien à venir)

mardi 15 mars 2016

Où sont mes nano-livres dans mes cyberespaces?

Une collègue artiste-écrivaine partageait sur son babillard Facebook un pseudo-article décrivant les différents métiers des chats. Ah! tiens, tiens! Je ne suis pas la seule qui a eu cette idée! fis-je. Certainement que non! Mais c'est toujours la façon de la rendre, cette idée, qui fait le meilleur de notre univers. Il y a tellement de possibilités.

Je m'empressais de retrouver, dans mes petits espaces virtuels, l'image principale de mon projet « Chats d'affaires » que j'avais offert, avec un certain succès, à mon dernier salon. Comme si j'avais un trou de mémoire, je n'arrivais pas à la retrouver. Une belle photo là! Pas celle que j'avais placée sur le côté gauche de l'interface de ce blogue. Avec la description de son contenu. 

Je fouille, refouille, me rends compte de deux lacunes de ma vie virtuelle d'artiste-conceptrice-écrivaine-éditrice. La première, je réalise que je n'avais publié aucun billet proprement dit sur ce projet. Où est Chats d'affaires? J'en avais toujours parlé à la va-vite. Et mon Chatte d'une mésaventure? ;-) Je ne suis jamais réellement rentrée dans le détail. Peut-être parce que l'idée de le présenter, justement, plus en détail, sur Internet, m'occasionne quelque crainte. Et mon tout premier bébé, mon Chat plein d'amour? La deuxième lacune est que je ne comprends plus comment fonctionne le site Flickr - plateforme sur laquelle siège ma galerie virtuelle d'artiste/conceptrice. Je n'y avais pas encore préparé d'albums de photos consacrés à mes nanolivres. 


Mon Flickr déchut


Flickr m'avait permise d'ouvrir en 2012 une galerie virtuelle de circonstance pour mon art. Ses options étaient intéressantes, parce que je pouvais - jadis - y choisir la sorte de droits d'auteur sous lesquels mes clichés seraient « protégés ». Le site, hébergé par Yahoo, semble avoir eu une mise à jour importante autour de décembre 2015 qui lui conféra une nouvelle interface et apparemment davantage de possibilités. Or, je ne comprends plus comment intégrer de nouveaux clichés ni où appliquer les « droits d'auteur ». 

Que faire? 

Me bâtir une nouvelle galerie virtuelle joual vert*! 

J'ai déjà trouvé mon nouveau fournisseur de plateforme. Il s'appelle Wix** et fonctionne à peu près comme Blogger. C'est un fournisseur extraordinaire (autant que l'était Blogger, pour moi, quand je l'avais découvert en 2009) où on peut choisir - pour Wix - tous les éléments de base d'infographie pour monter son site internet soit-même, sans être obligé d'entrer dans les codes HTML difficiles à retenir ou à comprendre. 

Tenez, l'exemple du porte-folio de l'auteure et éditrice Florence Morin. J'avais vraiment été sous le charme lors de sa découverte. 

Toutefois, comme l'adresse de ma désormais vieille galerie virtuelle se retrouve sur ma « carte de visite », je ne la corrigerais pas avant que ma dernière carte n'aura disparu de sa petite boîte. Je compte donc la garder ouverte et y indiquerais le chemin à suivre pour découvrir la version officielle. 

*L'expression « Joual Vert » est mon juron poli pour les réseaux sociaux qu'il paraisse dans un cadre calme ou mouvementé. J'trouve que nous jurons trop au Québec quand nous devenons adulte. Si tous les jurons n'étaient réduits qu'à un seul, qui ne signifie pas grand-chose en lui-même, le principe de le lancer à tout vent s'en trouverait grandement diminué, voire ridiculisé. Pensez-y pour vous aussi. Ce pourrait être une bonne façon de parler mieux tout en continuant d'exprimer votre désaccord envers bien non-sens de la Vie.
**Description de cette plateforme sur Wikipedia


Mes projets en cours

Ce sont mes projets sur lesquels j'avais travaillé ces dernières semaines et sur lesquels je travaillerais encore, les semaines à venir. J'ai trouvé le fournisseur de galerie virtuelle, j'ai les aptitudes d'infographie que j'ai développées en créant mes nanolivres. En conjuguant ces deux faits, leur fruit devrait me donner quelque chose de très bien. Même si cela va prendre du temps. Beaucoup de temps. 

Ah oui! Je ne vous l'avais pas encore dit. Je suis aussi en train d'élaborer ma propre liste de diffusion - qui est en fait un anglicisme du mot « mailing-list » et est renommée, en bon québécois, « infolettre ». J'étudie les options qui s'offrent à moi pour une infolettre qui vous permettra de savoir les nouveautés sur les développements de mes activités en tant qu'artiste visuelle, conceptrice, éditrice et auteure/écrivaine, une fois aux deux ou trois mois, sauf si je participe à un événement auquel j'apprends ma présence à la dernière minute. 

Je considère que mon infolettre sera plus pratique pour vous annoncer mes avancées artistiques et littéraires que par ma page Facebook, mon blogue ou Twitter.

Salutations, 

                   Syreeni