Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 19 août 2016

Bilan annuel - Janvier à Juillet 2015

Voilà voilà! Mon bilan annuel de mes activités dans un peu toutes les sphères de ma vie (personnelle, professionnelle, artistique, de littéraire et de conceptrice). Cette synthèse sera ma plus longue, étant donné que je la commence en janvier 2015. Rappelez-vous que j'avais décidé de ne pas faire un bilan de l'année - « scolaire » ou romaine - en cours, mais un bilan de mon année d'existence. Or, je n'avais pas fait mon bilan annuel, comme mes collègues, cet hiver-là. Ce faisant, j'y inclus cette saison et la suivante.

Comme ce billet s'étire, j'ai décidé de le fragmenter, pour une lecture plus légère et moins dense. Vous aurez accès à une variante en trois segments. La première : janvier à juillet 2015. La deuxième : août à décembre 2015. La troisième : janvier à juillet 2016.

Premier segment

  • Entamer l'écriture d'un texte de fiction qui à l'origine se destinait à un appel de texte portant sur le cirque.
Anecdote : Une fois avoir bien compris ce qu'était la revue qui offrait cet appel, j'ai rebroussé chemin, parce que mon style d'écriture ne s'englue pas dans cette sorte d'imaginaire dégueulasse. Quand j'écris une histoire, je ne veux pas dégoûter mon lecteur (comme quand on se rend compte qu'on a jeté un papier important dans LA poubelle de la maison – où s'accumulent litière à chats, marcs de café, pelures d'aliments, etc. - et qu'on est obligé de la renverser au complet pour le retrouver!) ou lui donner la nausée. J'espère le divertir et le faire rire ou lui faire peur, avec de la vraie littérature d'horreur, d'horreur psychologique1... :o)
> > Comme cette fin d'année là, je venais de perdre un proche, il m'était impossible de rédiger un texte horrifiant. Mon être était encore trop fragile pour que mon écriture s'enligne pour cette voie.
1. Je me positionne derrière cette vision-ci : Anatomie de l'horreur - Stephen King 
  • Nombre de projets d'artisanat à l'étude : donc celui de trouver une façon de présenter une sorte de mascotte de mon art – ou projet de fanzine inaboutie. Variantes créées d'un personnage appelé « Feu Follet » en papier mâché, en tissu rembourré et en pâte à sel.

  • Conceptualisation d'un deuxième projet de jeu de plateau issu de mon imaginaire. La thématique : une aventure sur une île plein d'énigmes...

  • Poursuite de l'élaboration de mon premier jeu de plateau issu de mon imaginaire. 

    (Je ne vous en avais jamais parlé auparavant. Et je compte vous en parler très peu. Pour moi, ces projets sont des passe-temps plutôt que des travaux sérieux, comme pour mes projets d'écriture, d'édition et de création artistique.) 


    Sa thématique : Exploration d'une maison grouillant de phénomènes étranges. 

  • Troisième expérience du Salon du Disque et des Arts Underground sur trois années d'affilée. 

    Résultat : je ne vends pas. Même pas pour payer ma table. J'adore être là comme exposante et rencontrer plein de collègues, admirateurs de mes créations,bref, tout visiteur, mais à quoi bon continuer si mon kiosque peine à se rentabiliser?




  • Découverte, cette même fin de semaine de la présence de mon nom et de deux lignes d'un de mes billets sans autorisation dans le Journal 24h, où son auteur-journaliste mentionnait les produits issus de mon expérience d'artisanat et ma participation au SDAUM cette année-là. O_O
Anecdote : Disons que ce dimanche-là, j'ai stressé à l'os, parce que je croyais que cette annonce m'apporterait un sacré lot de visiteurs et je craignais de ne pas avoir assez de Produits à vendre. Alors, que cette mention de mon nom d'artiste dans ce média n'a, au contraire, pas attiré plus de monde que d'habitude. C'est vrai que je ne suis pas encore. connu. Il n'y a pas beaucoup de mes projets qui ont été lancés dans l'univers.

  • Pour la première fois depuis ma première visite du congrès Boréal en 2007, j'ai décidé d'être exposante au lieu de simple congressiste

    Résultat : Expérience qui a été à un échec, parce qu'à cause d'une mauvaise organisation interne – tout à la dernière minute – et un public qui ne s'intéresse pas aux expositions (j'ai bien constaté que j'étais une ovnie a apprécier le talent des artistes de l'imaginaire et les projets d'édition des autres artisans), hormis ceux qu'il connait [le public] ou travaille de concert. Au moins, j'ai eu un excellent voisin de table : Joris Lapierre-Meilleur qui préparait le prochain Boréal qui se déroulait dans son patelin, soit Mont-Laurier.

  • Réécriture du texte de fiction qui n'avait pas été retenu pour un concours d'écriture douteux l'année d'avant. Prise de la décision de l'éditer à mon compte en prévision du prochain congrès Boréal (celui mentionné ci-dessus), pour avoir un texte à faire lire aux amateurs de littératures de l'imaginaire qui se pointeraient à mon kiosque. 
Résultat : Mon concept n'a trouvé qu'une seule lectrice, une visiteuse du congrès que je n'avais jamais vu auparavant.
Conclusion : Faire ce que j'aime sans m'appuyer sur une hypothèque que le public à un tel endroit s'intéresserait nécessairement à ce que je fais. Et ce, même si je baigne dans cet univers (de la petite édition et des passionnés de l'imaginaire) depuis 2007! 


  • Parution également - en précision de cette présence au congrès - d'un nouveau signet avec micro-nouvelle à l'endos, celle-ci intitulée « Victime de la Norme ».  

  • Participation au concours d'écriture sur place du congrès Boréal. 


Synthèse : Pour ce premier segment, j'ai vécu des hauts et des bas, j'ai forcé un peu le destin, mais en même temps, comme rien n'est tout à fait un hasard, la Vie voulait que je vive mon expérience (surtout celle du congrès Boréal en tant qu'exposante) ainsi. Au moins, ma créativité ne s'est pas estompée et a galopé cheveux au vent... hihi 

Le deuxième segment de cette série est disponible ici.  


Le troisième segment est disponible ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement ou une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrite dans un bon français.

Tout écrit hors de cette consigne n'aura pas de diffusion et sera supprimé.

Merci d'y porter attention.