Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 15 juillet 2016

Absence de cyberlecteurs pour nos critiques

Mon collègue-blogueur Benoît Bourdeau racontait sur son propre blogue combien il avait toujours eu de la misère à attirer l'attention d'un certain public en y publiant ses critiques de produits culturels - surtout littéraire. Moi-même, à nombre reprises, je me disais que je re-publierai ici mes nombreuses critiques qui avaient perdu leur air d'aller sur le défunt CôtéBlogue.ca. À bien y penser, peut-être que l'initiative ne portera que peu de fruits. Même si je considère avoir un lectorat plus grand de mon côté, grâce aux billets que je publie assez régulièrement depuis au moins deux ans, en trouvant des opportunités pour vendre mes petits trésors lors de foires d'artisanat et d'édition, et parfois, réseauter à tout hasard en laissant ça et là ma carte de visite. Benoît ne fait rien de tel. Autrefois - il y a au moins cinq ans -, il n'avait que pour tribune physique, les congrès Boréal, ce qui lui accordait un mince public. Peut-être quelques admirateurs supplémentaires ayant lu ces deux nouvelles parues dans Brins d'Éternité et ceux et celles n'ayant pas oublié sa folie caricaturale de sa fin vingtaine, soit un certain D-Natural. 

Je m'ennuie de mes rédactions de critique cinéma. Pour chacune que je publiais dans Brins d'Éternité, j'avais appris tant de choses sur le cinéma et sur la nature humaine. Chaque expérience fut d'une richesse inestimable. 

Je ne m'ennuie pas de mes critiques de produits littéraires. Je lis beaucoup moins qu'avant que durant mon BAC. Pour combler le vide, je lis les journaux, des revues sur la science, des articles sur Internet. Et dans les mains (depuis au moins trois mois), je tente de lire un bouquin. Quand je me trouve du temps, je me plonge le nez dedans. Avec passion ou curiosité. Parfois, le bouquin demeure dans ma main trois bonnes semaines avant que je ne parvienne à le terminer. Je n'en suis pas désintéressée. Je lis juste lentement. Me laisse m'immerger dans son univers comme on immerge dans une piscine. Et je m'y baigne le temps qu'il faut. J'en ressors fraîche, dégourdit, un pas de plus vers l'avant. 

Autrefois, je stressais à l'idée de rédiger un commentaire-critique sur chacune de mes lectures. Comme si chacune d'entre elle pourrait connaître ce sort. En prenant distance peu à peu de cette ancienne façon de voir, façon de faire. En n'étant plus connecter à des revues littéraires qui partagent leur propre idée sur tel ou tel livre, mon besoin, ma nécessité s'est amenuisée. À présent, l'idée seule de commenter un ouvrage précis me plonge dans la torpeur... Comme un poids à me débarrasser. Alors, je place le bouquin sur ma PAL (Pile À Lire), et quand je me sentirais vraiment prête pour le commenter, je me donnerais le Go

J'ai le sentiment, en suivant d'autres camarades-blogueurs évoluer dans le cyberespace que publier des critiques de produits culturels - littéraires et cinématographiques - n'ont plus la cotte. Sauf si la critique se retrouve sur un blogue spécial, comme cela avait été pour nous (moi, Benoît, Jonathan Reynolds, Mathieu Fortin, M. L'Ermite) sur CôtéBlogue.ca. Par conséquent, je ne me lancerais pas dans la parution d'un flot de critiques qui ne serait publié qu'ici. Ce serait peine perdue. Ou peine à demi-perdu (tout d'un coup qu'il y est une recrudescence de ce type de lectures?). 

Je conserverais donc mes prochaines critiques pour des publications papiers, de prime à bord, autant pour celles dédiées au cinéma que sur des oeuvres littéraires. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement ou une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrite dans un bon français.

Tout écrit hors de cette consigne n'aura pas de diffusion et sera supprimé.

Merci d'y porter attention.