Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

Pour un temps indéterminer, cette formule :

« Deux billets par semaine. Pêle-mêle.
Généralement le jeudi et le dimanche, à midi. » sera suspendu jusqu'à ce que je retrouve mes aises dans mon nouveau chez.

Merci de votre attention.


Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

vendredi 23 janvier 2015

Bilan de mon année 2014

Nous en sommes à l'heure du bilan annuel. Comment a été mon année 2014? Elle a été géniale sous plusieurs angles. Malgré plusieurs obstacles et revers de situation auxquels j'ai dû faire face et qui n'ont pas été facile à vivre sur le coup. 

Une fois que les cendres sont retombées, ces difficultés nous enseignent à mieux progresser dans notre Vie.


J'ai complété mon certificat universitaire en Arts plastique. Maintenant, avec mon Dec pré-universitaire en Arts plastique, je pourrais dire que j'ai un Bac en Arts plastique. hihi
C'est un certificat que je prévoyais réaliser après mes études en littérature, par plaisir et comme un retour aux sources, c'est-à-dire pour retrouver l'ambiance solidaire et sympathique vécu au cégep que j'avais peu retrouvé dans mon premier programme universitaire. 

☼ La passion pour l'écriture m'est enfin revenue et de plusieurs façons, au cours de l'été.
D'abord, à la suite d'un moment dépressif après la fin de ce certificat. J'étais tellement d'dans. Me dire que c'était fini. Fini-Fini. Quelle poisse! Puis, un jour, j'ai scruté le fond de mon tiroir. Il y avait mon projet de fanzine qui attendait, voire un projet d'édition de plus grand ampleur. Dans mon souvenir y vaquer m'animait tellement. J'ai tenté de retrouver la flamme en y voyant de nouveau. ◄ Premier déclic! Par l'entremise d'un hasard ou presque, d'une certaine Isabelle L. apparue comme ça, un jour, avec le désir que je me joigne à un gros projet (encore confidentiel) pour les écrivains/auteurs. Moi qui avait publié mes textes de fiction, il y a cinq ans. Quoi? Juste avec ces premiers essais je suis demeurée dans les annales? Participer à ce projet m'a relancé. Mille mercis!!!!! ◄ Deuxième déclic! Il y a eu, à peu près en même temps, un genre momentum où nombre de mes collègues-blogueurs se sont mis à raconter l'histoire de leur blogue. J'ai eu envie de me joindre à cet « événement » et d'écrire à mon tour l'origine du mien. Ça a fait du bien à tous. Ça nous a réuni et retrouvé. Parce que beaucoup se trouvaient plutôt isolés en rédigeant les leur. Mon blogue, Tout En Syreeni, je le considère comme une bouée de sauvetage. Je me répète peut-être. Combien il m'est bénéfique qu'il soit là pour me retrouver dans tout le brouhaha de la vie. ◄ Troisième déclic!

J'ai suivi le meilleur cours d'études littéraires de toute ma vie (hors de mon Bac en études littéraires). Un atelier d'écriture offert par le Dr. Ph. en Sémiologie Denis Aubin.
J'ai tellement appris dans ce cours. Sur l'écriture, sur ma manière de le voir et d'aller plus loin. De me dépasser. J'ai de la veine parce que ce professeur nous a dit qu'il pourrait prendre sa retraite de l'enseignement. Or, ce cours qu'il donne, il le fait presque bénévolement, par passion et désir de partager son savoir à autrui. Et dire que c'est par hasard que je me suis retrouvée dans son cours. Jusqu'à fin août, c'était écrit « M/Mme Non-Disponible » sous le titre du cours, c'est-à-dire que l'université n'estimait pas nécessaire de nous prévenir d'avance qui donnait le cours, alors que dans les rangs du corps enseignant, on le savait déjà, je présume.

J'ai retrouvé plusieurs admiratrices et admirateurs de longues dates et rencontré de nouveaux. Des jeunes et des moins jeunes. Des inattendues et des familiers. Parfois en personne, parfois par des entremetteurs.
J'adore savoir que vous êtes là, que vous continuez à me suivre, comme vous le faites et que vous trouvez que ce que je fais mérite votre attention. Des fois, on se questionne : « Est-ce que notre approche est bonne ? », « Est-ce que nous sommes sur la bonne voie ? », « Est-ce que c'est suffisamment intéressant, intrigant, enlevant ? » Et des fois, ces questions tombent, parce qu'un l'un de vous à oser dire à votre artiste/écrivaine que vous la lisez. L'entendre donne chaud au coeur et m'incite à poursuivre. MERCI!

Quatre êtres de mon entourage sont décédés - deux chats et deux humains. Pour deux d'entres-eux, on le savait depuis longtemps, pour les deux autres, ça été un hasard. Un hasard d'arrache-coeur. Ça arrive quand on s'y attend le moins. Car la personne vue hier peut être trépassée le lendemain. Profitez de chaque instant avec vos proches, parce que la vie est fragile, plus qu'on ne le croit. 

Y'a aussi la mort de l'acteur Robin Williams qui m'avait affecté. Mort de vieillesse, ça passe, mais mort pour cause d'un profond mal de vivre, là... de la part d'un humoriste, de la part d'un acteur de l'humour, là... non, ça ne passe pas. Et qui plus est, apprendre qu'il était un grand amateur de jeux vidéos et possiblement en était drogué (comme je l'ai déjà été (ex-gameuse) et rechute parfois)... Maudit que je me sentais petite dans mes souliers. 

Deux naissances. D'abord, la fille d'une collègue auteure. Après quatre années d'attentes, d'espoirs, de craintes, de rêves. J'ai suivi son histoire sur son blogue. Wow! On en apprend des choses. Si un jour, à mon tour, je donne naissance à un être de chair, j'aurais été informé au préalable des petits pépins qu'on rencontre avant, pendant et après le jour J. En ce qui concerne le deuxième bébé, il n'est pas né encore. On sait juste la nouvelle. Une grande nouvelle. Pour une amie et son compagnon qui essayaient d'en avoir un depuis huit ans!! Réjouissances! ^.^ 

Retour pour une deuxième année au Salon du Disque et des Arts Underground de Montréal. Ma « Campagne de Marketing » avait bien fonctionné (lol), mais mes ventes... On se dit, au moins, on parvient à payer sa table. Je n'ai pas eu cette chance, cette fois-ci. Un insuccès qui me force à réévaluer ce que je proposerai à l'avenir.

Un deuxième passage à Expozine. Un passage exprès. J'y ai aimé mon expérience et mes rencontres. J'ai appris beaucoup de mes pairs. J'ai retrouvé plusieurs collègues d'autres Salons. Des moments forts sympathiques. Mais côté vente... Une autre déception. (Même si je suis parvenue au minimum à payer ma table) Et ce, malgré la belle présentation de mon kiosque et de mes propositions que j'avais cette fois. Une nouvelle expérience où j'ai dû réévaluer mes idées. (D'un Salon à l'autre, la même table est différente, parce que la thématique change)

Naissance du deuxième titre de ma série « Chat » intitulé « Chat d'une mésaventure » pour Expozine. Seules des passionnées de chats (je vous comprends. hihi) y ont trouvé leur bonheur. Ce deuxième titre n'est pas parfait. Pas comme le premier titre. J'avais eu de la veine, l'an passé. Comme il s'agit de DIY (ou artisanat, si vous préférez), ses petits défauts lui confert un certain charme. :-) 

☼ Plusieurs projets d'écriture ont vu le jour et sont actuellement en gestation. Je suis très contente de la donne. Pour la première fois, un projet de roman jeunesse (suite à un atelier d'écriture jeunesse plus ardue* que souhaité - pas l'atelier, l'enseignant.) Mon projet de livre d'artiste alliant fiction et arts visuels. Un petit projet de cahier illustré s'inspirant d'une pièce musicale. Quelques nouvelles nouvelles littéraires et d'autres qui ont connu un nouveau souffle en ayant été réécrites au complet. ^-^

☼ J'ai participé à deux appels de texte. L'une pour une revue. L'autre pour un pseudo-concours d'écriture. Voilà un vrai signe de mon retour en tant qu'auteure/écrivaine! hihi

☼ J'ai dû apprivoiser et réapprivoiser mon cheminement plutôt irrégulier. Que j'allais vivoter à la fois en arts visuels et à la fois en création littéraire toute ma vie. Parce que je suis fait comme ça.  
Ce n'est pas quelque chose de facile quand on nous dit dès notre plus jeune âge qu'on va apprendre un métier et qu'on doit faire avec pour une bonne partie de ma vie. Quel allait être le mien? LE métier de ma vie? Vivre constamment avec cette incertitude de savoir... On y perd beaucoup d'énergie. Or, je sais ne pas être la seule dans cette situation. J'ai une collègue auteure et artiste qui vit à peu près le même dilemme. Je suis contente que nos vies de soient croisées pour apprendre l'une de l'autre. Elle se nomme Valérie Larouche. Et sa vaillance à affronter les difficultés de la vie vaut autant que la mienne. ◄ Quatrième déclic!



Une année somme toute bien remplie qui me restera en mémoire. Surtout concernant la naissance de Roman Jeunesse TK. ;o) Et ma rencontre avec le professeur M. Aubin. Quelque chose!

jeudi 8 janvier 2015

À quoi ressembla mon mois de décembre

        En décembre, j'ai couru un peu partout comme une folle. Une folle joyeuse. La tête pleine d'idées et d'inventions. J'ai couru également comme un fou. Un fou inconséquent, parce que surchargé d'un stress imprévu et non nécessaire. Un stress qui a contaminé pratiquement toutes les sphères de ma vie. Misère de misère! Je n'y voyais plus clair.
        Je vous avais parlé dans de précédents billets (Mes prochains défis & Révisions de mes plans) que je projetais de réaliser plusieurs travaux personnels d'écriture et des ateliers d'écriture. Certains ont été laissés de côté. J'en avais trop en même temps.
        Je m'étais concentrée sur la réécriture d'une nouvelle que j'avais écrite, il y a 5 ans, en souvenir, si je puis dire, de mon passage à l'UQAM. Toute une histoire, mes lecteurs! Une histoire fantastique se déroulant en plein coeur du pavillon principal de ceux et celles qui ont suivi des cours en littérature à l'UQAM. :o)
        En le travaillant et retravaillant dans les moindres aspects, je crois avoir saisi l'essence de l'écriture d'une fiction, que ce soit pour une nouvelle ou un roman. Ce n'est pas évident. Il faut avoir beaucoup de jugeote et de concentration. Et être très autodisciplinée. Et avoir une ou des méthodes de travail.
        J'avais en parallèle, également, à réécrire un des deux textes de fiction que nous avions eu à produire dans mon atelier d'écriture pour la jeunesse. Pour celui-ci non plus, ça n'a pas été facile. Parce qu'en toile de fond, j'avais développé une bonne partie de son univers, de son ambiance, de ses thématiques, quelques personnages (j'en ai encore tout plein à explorer), l'Histoire personnelle d'un des héros, mais le récit, à quoi ressemblerait-il? À partir de quel point devrais-je me lancer? Comment mon histoire, leur histoire commencerait?
       J'ai repris mon texte de départ et je suis partie de ce point. J'ai réécrit la narration omnisciente sous celui d'un des personnages et j'ai suivi mon héros imparfait dans ses aventures. Et voilà! J'ai appris beaucoup de cette expérience, sur moi et mon processus d'écriture, et en très peu de temps, et bien plus qu'à travers l'atelier que j'ai eu. C'est fou!

* * *

        Pour ledit atelier, le suivre n'a pas été rose. Pas comme la thématique — pourtant simple et enjouée — l'annonçait de prime abord. Ni pour moi, ni pour plusieurs de mes collègues. En ce qui me concerne, les manières floues de notre animateur d'atelier m'ont hyper stressée. Comme si, pour celui-ci, ses consignes étaient très claires et il ne voyait pas l'utilité de les exprimer autrement. Même si on le sollicitait pour donner davantage d'explications, rien à faire, il répétait les mêmes idées, pratiquement mot pour mot, de ce qu'il nous avait déjà avancé. Je n'ai pas été la seule à avoir été nourrie d'incompréhensions et d'inquiétudes pendant des semaines. Pourtant — ce qui m'avait semblé fort curieux —, d'autres collègues n'y avaient vu que du feu et ne trouvaient rien à lui reprocher. Eh ben! Si vous aimez les propos brumeux et les critiques peu objectives, vous êtes servis!
        Ce fut une expérience très bizarre. M'étant retrouvée avec un autre animateur d'atelier qui se donnait totalement à ses étudiants et qui nous enseignait sa matière avec passion, et un animateur qui ne semblait pas toujours la connaître (comme si celle-ci ne l'habitait pas) contrairement à ce que son porte-folio nous présente. Très étrange. o.O
        Heureusement que j'avais cet autre atelier pour tenir le coup. Et pour apprendre. Parce que j'avoue ne pas avoir appris grand-chose (dudit animateur) dans mon atelier jeunesse. Une amère déception.

** À l'égard de cette situation délicate, je préfère taire le nom de cet animateur ainsi que le lieu dans lequel j'avais suivi cet atelier. **

* * *

        Pour me libérer de tout ce stress. Pour retrouver la joie au coeur, j'ai confectionné de petites pensées (pour le temps des fêtes) que j'appelle mes petites Bourses de bonheur et en ai distribué ça et là. Les sourires sont apparus rapidement à profusion. :-) Ça fait du bien.
        Je me suis donc hâtée de me dénicher mes petits trésors, pour ensuite les emballer et attraper toute personne à qui je songeai à les offrir. Si vous en avez eu un, c'est que vous êtes privilégiés. C'est ma façon de vous remercier d'être dans ma vie ou d'y être entré, cette année (2014) ^.^