Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

mardi 3 novembre 2015

En ce début novembre : « Le mois de l'écrivaine » et mon « Joyeux Halloween! »

     Décidément, mon mois d'octobre fut mon mois de l'écrivaine! Je n'avais la tête qu'à l'écriture et j'ai négligé cette pensée qui y vagabondait : « Faut que je publie un billet sur ma fête préférée! Faut pas que je l'oublie! » À la fin, je n'ai juste pas eu le loisir de m'y consacrer. Même si j'avais eu internet chez moi... Je courais un peu partout et en même temps, tentait de demeurer consacré sur trois projets d'écriture en parallèle. Sans compter mon souhait de rediffuser mes CC* de produits culturels qui ont disparu de la carte depuis le retrait d'Internet du site CôtéBlogue.ca, la rédaction de billets nourrissants pour Tout en Syreeni et l'espérance de me dégoter une table pour le prochain Expozine et de m'y préparer pour, sans avoir eu de confirmation concrète de la part des organisateurs de l'événement. Disons que j'ai hâte de recevoir la nouvelle!!!!
      Le temps coure, file, fuit, j'ai fini par omettre de dire un mot ici sur ma passion pour Halloween! Toutefois, ce n'est pas parce que je ne l'ai pas célébré avec vous, en vous en souhaitant un « Joyeux! » que je n'en ai pas eu. Le mien a été célébré en assistant à La Marche des zombies de Montréal! Vraiment un événement extraordinaire et amusant où des centaines de milliers de « zombies » se rassemblent au coeur de la ville et marchent en communions!



     Je n'y suis allée qu'en touriste cette année. Et si un zombie daignait croire à me faire peur, je lui faisais une grimace pareille à la sienne (avec mon visage d'humaine souriante) et articulait un son guttural à son endroit. ;) Ce n'est qu'en prenant un bain de cette foule de morts-vivants que l'entrain et le plaisir de fêter cette anniversaire des morts prend tout son intérêt, tout son sens, toute son âme. Si quelqu'un en a perdu le goût, ne vous gênez pas, jetez-vous dans cette masse loufoque et originale!

     Je suis contente que cet événement se soit rendu jusqu'ici (elle puiserait son origine en Europe), parce qu'ici, au Québec ou au Canada, la fête de Halloween semble avoir perdu de l'ampleur, et pourtant, c'est important de se souvenir de nos proches perdus, de se rappeler que la vie est plus courte qu'on le croit et de rire de la mort, dans un tel carnaval, et en groupe, au lieu d'être chacun chez soi, isolé et triste.
     Je trouve que les Halloweens devraient tous être ainsi : se réaliser en communauté. Pas isolé comme elles le sont, chacun** chez eux, avec une jack-au-lanterne découpée, un plat de bonbons et des p'tits monstres qui espèrent les acquérir. C'est bien, ça. Je ne suis pas contre. Juste que quand nous habitons un secteur où peu de personnes s'intéressent à la fête, ça peut-être de longues marches en titi. Par exemple, j'connais un coin de rue où les décors sont enlevant et où les fêteurs sont généreux, au point de nous offrir des petits sacs de pop corn. Après eux, il faut parcourir près de cinq rues en parallèle de leur rue, d'un côté comme de l'autre, avant de trouver un hospice pour « les âmes en peine ».

Voici la deuxième partie de ce billet. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement, une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrit dans un bon français.

Tout écrit hors de ces consignes ne seront pas publié.

Merci de votre attention.