Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

jeudi 26 février 2015

Rendre moderne l'artisanat d'antan

J'ai toujours dans l'idée de ramasser des fonds pour mon projet de fanzine (un mélange de Brins d'Éternité (Québec) et Freaks (en France)). Comme vous le savez, je suis exposante dans différents Salons et je dois, pour chacun d'eux, trouver des manières de susciter l'intérêt pour mon kiosque. Des manières de me distinguer de mes voisins de table. ;-P Pour mon prochain Salon (ayant un volet « métier d'art »), j'ai décidé de me concentrer à la création de petits objets décoratifs ou utilitaires. Des figurines, des ornements, des portes-objets, etc. En plus de pouvoir offrir à mes visiteurs quelques cartes de souhaits originales, mes minizines sur les Chats, mes signets avec des historiettes, etc. Pour arriver à mes fins, j'ai récemment expérimenté différentes anciennes techniques d'artisanat que je réactualise. Voici mes résultats. 

 

Expérimentations du papier mâché

Qui ne connaît pas la technique du papier mâché? Nous en avons tous fait à la petite école. Pensez aux pinatas mexicains, un classique! C'est une technique courante, facile d'accès, peu coûteuse. Après quelques recherches documentaires, j'ai découvert qu'il était possible de réaliser de belles pièces (figurines, jouets, objets décoratifs) grâce à cette technique. Or, elle demande énormément de temps et compte beaucoup d'étapes.


 En voici un bon survol  : 
  • Préparation du mélange (soit une poudre en vente dans les boutiques d'artisanat, soit un mélange de colle et de farine, soit de colle à papier peint, etc.)
  • Préparations des papiers à utiliser (de préférence de différentes sortes, et coupées selon le sens de la fibre, pas au ciseau)
  • Préparations des esquisses des concepts qu'on a en tête.
  • Exécution du projet. Succession de couche de papier. Attendre que la colle sèche entre les couches. Nécessite minimalement 6 à 8 couches, plus si le projet est plus gros.
  • Séchage complet du projet (2 à 3 jours)
  • Une période de sablage (finition).
  • Puis, on assemble les parties (si le projet est en morceau), tel que désiré, avec de la colle à bois.
  • On recouvre d'apprêt (Gesso)
  • On peint tel que désiré.
  • On vernit (finition)

Ouf! Toute une histoire. Il faut de la place, du temps et de la patience. Beaucoup de patience, parce que le résultat n'est pas immédiat. Il faut explorer aussi ses différentes possibilités. Un long processus. 

Quelques échantillons de cette expérience

Expérimentations de la couture

J'ai tenté, par après, d'explorer mes possibilités en couture. Je suis capable de réaliser certaines pièces comme des pochettes de rangement et des poupées. Ces projets-ci, je les ai confectionnés à la main. Pour ces premières, en principe, je serais capable de les coudre aussi à la machine à coudre.


Or, je ne sais pas comment installer le fil adéquatement sur ces machines. Chaque machine est différente et je n'en comprends pas le mécanisme (parce que 1. Je n'ai pas son manuel entre les mains (on me dit toujours qu'ils ont disparu!) et 2. Je n'en suis pas une habituée). Alors, ça donne ce que ça donne. Mais je ne suis pas des plus habiles. J'ai besoin de pratique. 

Or, pour mon prochain Salon, j'ai besoin d'aboutir à un concept précis. Soit la confection de petites figurines à l'effigie de Feu Follet, la « mascotte » de mon fanzine. ^ ^ J'avais d'abord essayé en papier mâché, mais il était très difficile d'arriver à ses fins, parce que le papier ne se travaille pas aussi aisément que l'argile, par exemple. On ne peut pas faire ce que l'on veut. Avec le tissu, peut-être que j'arriverai à mes fins? Hélas, à peu près la même chose est arrivée. J'ai fait des tests.

Des prototypes de Feu Follet par toujours réussis.

Expérimentations de la pâte à sel

Mon troisième procédé. Ma plus récente expérience. Je dirais mon expérience la plus concluante et la plus près de mon objectif. La pâte à sel est une technique très ancienne. Aussi ancienne que le papier mâché. Que trois ingrédients de base sont nécessaires : farine, sel, eau. Un ingrédient spécial : de la technique. Plus un appareil et ustensile de cuisson : un four, des plaques, du papier d'aluminium.

Tout le monde peut essayer cette méthode — qu'on montre également aux enfants sous la forme de pâte à modeler maison. Comme le papier mâché, il ne coûte rien et ses matériaux sont à la porter de tous. Mais comme le papier mâché, il y a des étapes :
  • Préparation des concepts à explorer — chacun découpé en petits morceaux, comme un jeu de poupée à découper.
  • Préparation de la table de table, du matériel nécessaire (pour découper, tracer des lignes, à y imprimer, etc.)
  • Préparations du mélange
  • Exécution du ou des projets. Collage des différentes pièces. On peut aussi précuire, selon ce qu'on tente de créer. Il faut travailler vite, parce que la pâte sèche vite et qu'elle a tendance à s'écraser sur la tôle, si on ne la solidifie pas avec des bouts de cure-dents ou si on ne l’enfourne pas rapidement.
  • Ensuite, on laisse sécher ou on l'enfourne à la température minimale (thermostat 1). Après, on peut augmenter la température (thermostat 2, puis 3, puis 4, puis 5 max). Mais il faut toujours surveiller la cuisson. L'étape la plus compliquée, ce me semble. Il ne faut pas que les pièces cuisent trop vite, sinon est vont fendre. Il faut qu'elles prennent leur temps pour sécher. (Soit 5 heures au four, selon mes documentaires ou 2 à 3 jours, autrement)
  • Une fois bien cuit, on peut peindre les pièces ou les laisser à leur couleur de cuisson.
  • Ensuite, on termine avec un vernis pour sceller le produit et s'assurer un long temps de vie.
Avec cette méthode, je suis arrivée assez rapidement au résultat escompté. Et j'en suis bien contente. ^_^ Je peux même explorer différentes approches pour présenter mon petit Feu Follet — chaque fois de façon loufoque. :op C'est une méthode très proche de l'argile. Une version accessible. Parce que, pour cuire de l'argile, il faut des fours spéciaux — qui coûtent très cher.

Avant cuisson.
Après cuisson et l'avoir peint!

Avant cuisson.

Après cuisson et l'avoir peint!
Le chemin est rempli d'embûches, d'essais et erreurs. On n'arrive pas tel qu'on le voudrait dès le premier coup. En fait, il est rare qu'on parvienne exactement — mot pour mot — à notre objectif. Y'a toujours des idées qui dévient, changent de formes, changent de directement. En somme, il ne faut pas perdre son objectif de vu et persévérer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement, une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrit dans un bon français.

Tout écrit hors de ces consignes ne seront pas publié.

Merci de votre attention.