Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

Pour un temps indéterminer, cette formule :

« Deux billets par semaine. Pêle-mêle.
Généralement le jeudi et le dimanche, à midi. » sera suspendu jusqu'à ce que je retrouve mes aises dans mon nouveau chez.

Merci de votre attention.


Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

mercredi 30 juillet 2014

Liberté

     Suivant mon pétage de coche, à mon écoeurantite aiguë... Ben c'est vrai, j'avais comme un trop-plein là. J'en avais assez de certains comportements. J'avais besoin de le dire, de l'extérioriser. J'ai peut-être tort sur certains points. Je suis peut-être allée trop loin. Je ne peux avoir raison sur tout. Et les petits canards ne le méritent pas. Ils ont le droit, tout comme nous, d'avoir leurs admirateurs. Surtout si ce sont des personnes réservées, rêveuses, distantes. Je les ai oubliés. Je me suis oubliée. J'ai oublié que j'ai déjà été comme elles. Tant et si bien que mon être ne voulait plus s'en souvenir. Inconsciemment. Pour se défendre, peut-être.


La paix!


     J'ai une bonne raison d'apprécier ce blogue-c. En plus des autres raisons que j'énumérais dans un ou d'autres billets. Ici, j'ai la paix! J'ai beau raconter mes malheurs à qui voulaient bien les entendre, ici, j'ai pas de réponses immédiates. Pas d'oppositions, de répression, de négation. La paix. En tout cas, pour l'instant. X-P

   Je ne me voyais pas le dire en personne, au risque de blesser les gens. Je ne pouvais pas leur dire que je le perçois dans son ensemble. Pas une seule personne n'est visée. Un ensemble de personnes. C'est une perception personnelle, généralisée, d'un phénomène qui m'exaspérait. Est-ce compréhensible?

     Je ne souhaite blesser nul individu avec mes dires. Ce n'est pas mon intention. Et ça ne le sera jamais. J'écris ce que je ne comprends pas et tente de cerner... pour m'améliorer... pour me donner une leçon de vie. À moi tout comme à vous. La lecture et l'écriture m'aident à me sentir mieux, à être mieux. Je ne l'utiliserais jamais pour nuire. Je laisse ça aux Trolls et aux personnes lâches.

~ Si je rédigerais quelque chose de négatif,

ce serait pour créer un personnage mesquin

pour une de mes fictions ~


     Et cette création s'arrêterait là. Je connais le pouvoir des mots. Je n'irais pas plus loin. 

     Je suis désolée si j'en ai choqué certains avec mes arguments. Ces arguments sont ce que je crois être LA vérité. Or chacun a SA vérité propre. À l'instar de l'un qui me dit qu'il faut faire un travail sur soi pour ne pas revivre ce genre de situation, tandis qu'un autre me dit que le problème ne vient pas nécessairement de moi, mais de la société qui élève dans ses rangs de gens de plus en plus difficiles. Laquelle de ses opinions (et ce ne sont que deux sur des millions) aurait plus raison que l'autre? O.O 

     Tout ce que je sais est le fait que nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. 

      La vie est ainsi faite. Elle a bien créée la diversité pour une raison, non?


     Voici un souvenir-vidéo (de Ghyslain Taschereau) dans la même veine pour passer à autre chose. Et rire un peu. ;-)



mercredi 23 juillet 2014

Nostalgie entre blogueurs

     Tout en Syreeni (TeS) est tombé dans sa période de vacances estivales depuis mai* et je n'avais pas encore pensé de vous en informer, sauf sur ma page FaceBook d'Artiste/Écrivaine. Prière de m'excuser. (Ne pas avoir internet chez soi doit y être pour quelque chose!!!  %$/?& )
     Pendant l'été, je me retrouve avec tellement d'occupations que cela devient impossible devoir à mon blogue, ni aux autres plateformes internet (sauf p-ê FB) sur lesquelles je me trouve. J'ai même de la misère à me centrer sur un projet d'écriture et de réflexions pour lequel j'ai été invitée à collaborer.
     Par ailleurs, bien que je ne m'occupe pas de billets sur mon blogue, je ne délaisse pas ma petite blogosphère pour autant. De temps à autre, j'enregistre les billets de collègues-blogueurs et les lis durant mes temps libres. Et j'en apprends des affaires. Beaucoup. De cette façon, cet univers littéraire et de fantaisie ne me quitte pas.

    Voilà qu'Isabelle Lauzon, un des blogueurs que je le lis régulièrement a rédigé le billet suivant : Effervescence dans la blogosphère. Elle rapporte que l'auteur jeunesse et blogueur Pierre-Luc Lafrance se penche (ici et ici) actuellement sur ce qui fait « état depuis quelques mois/années d'une baisse de participation sur les blogues » et des raisons possibles de cette « baisse d'intérêts ».
     Je me suis aussitôt sentie interpellée par l'arrivée de ce sujet inusité et fort nostalgique de discussion. Et pour cette raison, je vous propose deux derniers billets, lesquels sauront satisfaire, je l'espère, vos envies de lecture jusqu'en septembre prochain.

 *Pour moi, l'été commence dès que nous ne sommes plus obligés de porter nos vêtements d'hiver. :o)


Mes débuts en tant que blogueuse


     J'ai commencé à bloguer, non pas au début de mes études universitaires, mais durant mes études collégiales. Non pas sur un blogue personnel, mais sur une ancienne version du site Voir.ca. À cette époque, chaque fois que nous rédigions un commentaire sur un objet culturel (concert, film, groupe musical, exposition, livre, etc.), nous recevions un certain nombre de jetons. Le nombre correspondait à l'intérêt que notre écrit pouvait susciter aux yeux du public-lecteur. Plus nous amassions de jetons, plus il nous était possible de les échanger pour un certificat-cadeau. Tout le monde pouvait y contribuer : nous étions des collaborateurs bénévoles. Puis le principe du site a changé et ne m'a plus intéressé comme auparavant.
     Une ou deux années plus tard, j'ai entamé mon BAC en Études littéraires à l'UQAM et y ai rencontré nombre de collègues de classe - qui aujourd'hui évolue remarquablement dans le milieu des littératures de l'imaginaire. À l'université, plusieurs de ces collègues venaient tout juste de se retrouver à barre de la revue Brins d'Éternité que Mathieu Fortin avait légué à Guillaume Voisine, étudiant au même BAC. J'ai rencontré Guillaume lors d'un fameux cours sur la littérature et le cinéma de science-fiction donné par M. Leclerc. :-D Un cours dont nous n'oublierons pas de sitôt les enseignements. lol  Je m'étais liée d'amitié avec cette personne et par son intermédiaire (même si à un moment donné, j'aurais préféré le savoir plus tôt) j'ai découvert la revue Solaris, le fanzine Brins d'Éternité* et le congrès Boréal!! Wow! Des merveilles!! Qui a tracé mon destin en tant que femme de lettres, à bien des égards.


*Parce qu'avant d'être une revue, il était un fanzine. Pour connaître son évolution, lisez ceci : billet 1 et billet 2


Premier flot de blogues littéraires

     
     Le premier flot de blogues portant sur les littératures de l'imaginaire fut la période (autour de l'an 2009) où j'ouvris mon tout premier blogue personnel sur Blogger. Au départ, je voulais imiter Guillaume, qui en avait lui-même confectionné un (La Saveur du Moi). Il y parlait des écrits qu'il avait publiés et de son fanzine Brins d'Éternité. De mon côté, je pensais rédiger des billets plus substantiels, à l'instar de ce que j'avais connu autrefois avec Voir.ca. Or, je me suis rendu compte avec les années combien réaliser une telle activité était éreintant. Tenter de demeurer le plus dans l'actualité, avec les sujets que je désirais abordée ne fonctionnait pas au rythme de mes publications sur ce blogue. Il m'arrivait que les informations que je désirais transmettre n'étaient plus de premières heures et qu'elles devaient constamment être renouvelées. Ouf! Ce pourquoi, à trop de reprises, mon blogue a changé d'allure, d'attitude, de tête, et d'intitulé.
    Anecdote : Au début de TeS, j'avais espéré intituler mon blogue « Interférences » (en tenant compte du titre d'une nouvelle fantaisiste que j'avais écrite à cette époque-là.) Or, je ne pouvais pas choisir ce titre, car il était déjà pris par un autre blogue. Le blogue d'une autre collègue littéraire et d'université que je rencontrai plus tard : Ariane Gélinas. O.O
     
     Je crois que Guillaume Voisine, Ariane Gélinas et moi (de façon irrégulière et très clairsemée) figurions parmi les auteurs des premiers blogues de la communauté de blogues que nous connaissons aujourd'hui. Soit au courant de l'année 2007. Je me rappelle qu'il existait également ceux de Jonathan Reynolds, DominicBellavance, Demie Lecompte, Mathieu Fortin, Annie Rodrigue (dessinatrice/illustratrice) qui voguaient chacun à sa façon sur l'océan virtuel. Nous étions plutôt épars, dans le chacun-pour-soi (si je ne tiens pa compte des listes de blogues que j'avais inscris sur le mien et qui me permettaient de suivre les blogues que mes collègues)  

   Du reste, mon blogue n'était pas à point. Il se cherchait une identité, un fil conducteur, une trame narrative. Je me cherchais aussi. Je n'étais pas sûre du programme dans lequel j'étais embarquée. Mes études durèrent plus longtemps que le temps régulier. Ça m'avait mise profondément mal à l'aise. J'ai fini par comprendre que les gens ne traçaient pas leurs chemins de la même façon. Que le mien était un mélange de littérature, d'arts visuels et d'édition. Que je devais explorer différentes possibilités afin de trouver ma vraie voie! 

    Il me semble que ce premier flot s'articulait autour des collaborateurs et passionnés pour le fanzine Brins d'Éternité ainsi que la découverte commune du congrès Boréal à l'université Concordia. Mon premier Boréal se déroulait en 2007. Lors de mon passage, j'y rencontrai et découvris la jeune maison d'édition Les Six brumes ainsi que plusieurs autres collègues littéraires et blogueurs mentionnés précédemment.

À la lecture des billets des autres blogueurs sur la question, je peux confirmer que les noms suivant circulaient également durant cette première ère (pour moi, c'est ma première ère) de blogueurs : Philippe Aubert-Côté (dont le patronyme me mélangeait beaucoup avec celui de Philippe Aubert-de-Gaspé!! @.@), AlexandreBabeanu, Fractale Framboise (titre d'un blogue collectif), Pat Isabelle, Jean-LouisTrudel, Michèle Laframboise, Émilie C. Lévesque...


Deuxième flot de blogues d'éditeurs et d'auteurs en devenir


     La deuxième vague de blogueurs correspond, à mon souvenir à ma première visite du congrès Boréal à Québec (2010) ou, du moins, à celle du Boréal précédent (2009). Plusieurs nouveaux blogues avaient fait leur apparition.  Ceux de Pierre H. Charron, Benoît Bourdeau, Philippe Roy, David Hébert. Et d'autres qui existaient depuis un bout et qui m'étaient jusqu'alors inconnus : Natasha Beaulieu (site web-blogue), Hugue Morin, Carl Rocheleau, Caroline Lacroix. Mes premières rencontres avec ces personnes furent à l'un ou l'autre de ces congrès. Pour certains, je correspondais déjà depuis un moment avec eux. Pour d'autres, je les découvrais d'abord en personne, puis leur blogue, par après.
     Parmi ces collègues, plusieurs me donnèrent des idées pour mon avenir en tant qu'éditrice et travailleuse autonome. Plusieurs collaboraient à Brins d'Éternité à leur façon; deux parmi eux avaient décidé de fonder chacun leur maison d'édition; l'un un peu trop vite, l'autre en prenant son temps; un tiers me donnant des conseils pour du soutien informatique. ;-) 

   Anecdote : J'ai rencontré lors d'un de ces congrès le blogueur et éditeur en devenir Philippe Roy, et, avec le temps, j'ai découvert le blogue qu'il avait créé. Un blogue sur le graphisme d'ouvrages à éditer (les meilleures polices de caractère à utiliser, la mise en page, la taille des caractères, etc.). Je le lisais de temps à autre. Comme moi, il ne publiait pas souvent. Un billet a toutes les trois ou quatre semaines. Mais maudit que j'y apprenais des choses! J'espère que vous et moi pourrons toujours les lire, ces billets.
     Puis un jour que je regardais ma liste de blogues à lire le sien fini par afficher que son dernier billet avait été publié il y a un an. J'ai décidé que j'allais brasser un peu son auteur. J'ai écrit un mot sur son blogue... Et ç’a porté fruit. Il s'est rendu compte qu'il avait potentiellement un public qui s'intéressait à ses écrits. Son blogue s'est remis à vivre! ;-) 

     Il est vrai que, selon les dires de collègues - qui vous partagent également leurs souvenirs en tant que blogueur, que Boréal 2009 fut un Boréal marquant! 
  • Parce qu'il y avait beaucoup de nouvelles têtes. De plus jeunes pour redonner de l'élan, de l'entrain aux « Grands Anciens ». lol
  • Peut-être parce qu'il y avait un nouveau souffle dans le fanzinat de la SFFQ (Nocturnes, Brins d'Éternité, Clair/Obscur, Asile).
  • Parce qu'il y avait eu un débat assez chaud entre les auteurs René Beaulieu et Michel J. Lévesque lors d'une conférence intitulée « La relève doit-elle confronter les Grands Anciens »* (Boréal de 2009). Il y avait eu toute une prise de bec, que les jeunes visiteurs et moi étions surpris de voir.

*Il a été facile de me le rappeler, parce que j'ai conservé les documents que j'avais reçu lors de ce Boréal. Et parce que j'avais publié ce billet autrefois. 

(Je peux citer d'autres noms. Les collègues d'université - ou d'autres institutions - qui étaient arrivés après moi : Alamo-St-Jean, Dave Côté, Keven Girard, Richard Tremblay (apparemment son blogue existait déjà depuis un moment, mais ce n'est véritablement qu'à ce moment-là que je l'ai découvert (parce qu'Alamo et lui avaient publié dans le nanozine Autobus 64 et désiraient ardemment le promouvoir.))


Troisième flot de blogues de passionnés de littérature de l'imaginaire



    Durant cette période-là, je ne me rappelle plus tellement comment j'ai rencontré ou découvert untel et untel. À part par l'entremise du congrès Boréal ou à mon passage - parfois par hasard - à un Salon du Livre de Montréal ou d'autres événements. Pour les années, je classerais ses découvertes entre 2010 et 2012. 
     Voici ces auteurs et leur blogue : Isabelle Lauzon et sa Plume Volage, Geneviève Blouin et sa Plume et le poing, Mariane Cayer et Les lectures de Prospéryne, Pascale Raud avec son Tais-toi et écris, Élisabeth Tremblay et Audrey Pariley par l'entremise du blogue de Sylvie Gaydos. Le blogue du fanzine Asile de David B. Lachance. Le blogue de Frédérick Durand, par l'entremise de celui d'Ariane Gélinas. Celui d'Adeline Lamarre par l'entremise des parutions de Brins d'Éternité et de Nocturnes. 


     Je pense avoir fait le tour. Si vous désirez suivre les péripéties de mes collègues-blogueurs, je vous invite à lire les billets suivants :



Isabelle Lauzon : La plume volage


Geneviève Blouin : La plume et le poing

Dominic Bellavance : blogue personnel


Richard Tremblay : L'Ermite de Rigaud

Mes Réponses au questionnaire de M. Lafrance, remastérisé par Mlle Lauzon ;-)


1. Comment avez-vous découvert les blogues?

Par l'entremise d'un collègue de classe du nom de Guillaume Voisine. Ce nom vous dit quelque chose? ;P


2. Comment avez-vous découvert le milieu de la SFFQ?

Par l'entremise de ce même Guillaume qui m'avait fait découvrir au même moment la revue Solaris, le fanzine Brins d'Éternité et le congrès Boréal.


3. À quel moment avez-vous commencé à bloguer?

Durant mes études au collégial. Je dirais entre 2004 et 2005. Toutefois, mon blogue personnel (TeS*) est né autour de l'année 2008.

*TeS est l'acronyme du titre de mon blogue


4. Quels sont les premiers vrais blogues que vous avez lus?

La Saveur du Moi, Interférences, Demi Lune, etc. (Pour plus de détails, lire le billet suivant sur la question)


5. À quel moment êtes-vous passé du virtuel au réel?

En visitant mon premier Boréal. Mais je ne crois pas que ça ait eu une grande retombée. Surtout concernant mon blogue, parce qu'il était fort instable quant à son identité jusqu'à il y a deux ans (2012). Peut-être y aurait-il eu une retombée concernant les commentaires que je laissais sur certains blogues. Peut-être que ça aurait été utile pour les autres lecteurs d'avoir un visage (clichés que je n'osais pas mettre en ligne auparavant) sur les mots qu'ils lisaient. 


6. Quel impact les contacts virtuels ont-ils eu sur votre écriture (ou les possibilités de publier)?

Pour mes textes publiés
Aucun impact concernant les textes que j'avais publiés dans des revues littéraires étudiantes à Québec. Je crois que leurs éditeurs ne savaient même pas que j'en avais un.

Enrichissements personnels
S'il y a eu un impact, ce serait du côté de ma lecture de blogues. Parfois, nous n'avons pas besoin d'aller chercher plus loin qu'il le faut quand on cherche son chemin en écriture. Les écrits sont là et font la job. Je me suis très souvent renseignée de cette façon. Simple, directe, accessible. Pour avoir des nouvelles du milieu de la SFFQ ou y dénicher des idées sur comment planifier la rédaction d'un texte de fiction, par exemple.

Possibilités de publication? 
Pour les possibilités de publier, je ne sais pas. Étant donné que pendant longtemps mon blogue eut une vie instable, surtout quant à son identité, il est fort possible qu'il ait perdu un lot de lecteurs en cours de route. S'il y en a qui me suivent encore depuis le début, c'est que vous êtes tenace et savez comment me retrouver dans les dédales d'internet. ;-) Merci beaucoup!!!

Aussi, je n'ose pas présenter de textes de fiction ici, parce qu'une fois publiés, ceux-ci sont perdus. Ils ne sont pas, en principe, ré-éditable ailleurs. Toutefois, je présume que cet ailleurs doit être un lieu sérieux de publication (grand et moyen éditeur, revue littéraire), et aussi qu'il est fort facile de copier un texte édité de cette façon et de faire accroire sur un autre site (Européen, par exemple) qu'il s'agit de son propre texte. C'est compliqué. Si j'en publiais, ce ne serait que des textes courts. Ou bien, un court extrait d'un texte plus long. Ou encore, un texte édité sur papier que je réutiliserais pour le faire découvrir de nouveau ici. Je suis très réservée sur cette question.



J'ajouterais à ce questionnaire les questions suivantes :

7. En quoi votre blogue vous est-il essentiel?

Mon blogue est pour moi comme une bouée de sauvetage. Il me permet de me rappeler que je ne dois pas trop m'éloigner de l'écriture, au risque de me perdre. Ce pour quoi j'y reviens constamment. Il est mon aide-mémoire. Il me remémore une passion (l'écriture) pour laquelle j'hésite souvent, malgré le fait qu'on me considère plutôt douée (et moi-même, parfois). Il est aussi véritablement un « aide-mémoire » pour me rappeler l'existence des autres blogues que je suis les autres sites internets. Surtout lorsque ça fait un bout que je suis allée sur TeS, comme après la période estivale. Mon blogue durant cette période en « tombe en vacances », parce que je ne me sentirais pas à mon meilleur pour écrire des billets intéressants. L'été, c'est mon temps pour me ressourcer. Puis, j'y reviens (à TeS), à l'automne avec de nouvelles idées, intérêts, passions.


8. Pourquoi votre blogue ferait-il partie du milieu de la SFFQ?

Parce que son auteure est continuellement baignée dans ses univers : fantastique, merveilleux, fantaisie, science-fiction, faits divers, etc. Par le biais du cinéma, des télés-séries, de mes lectures, de lieux que je visite. Même si TeS ne le témoigne pas souvent. Je le considère dans son ensemble. Le blogue, son auteur, son univers. Il y a des blogues plus impliqués comme ceux d'Ariane Gélinas ou Jean-Louis Trudel. J'admire beaucoup leur auteur, parce qu'ils savent demeurer constants.

Sur le mien, j'y parle un peu de tout. De ma vie d'auteure, d'artiste, de conceptrice et de fanéditrice. Ma façon de contribuer au milieu, même si c'est au compte-goutte. :P


Pour connaître la raison de ce questionnaire, lisez le billet qui précède celui-ci. ^.^

Syreeni