Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

mercredi 29 octobre 2014

Je me dissocie d'un certain type de littérature


Dans mon dernier billet, j'ai fait la promotion d'un événement qui avait eu lieu au premier Comic Con de la ville de Québec. Lorsque j'ai repéré l'annonce sur Facebook, que des auteurs de mon milieu se retrouvaient là-bas, j'étais contente pour eux et j'ai décidé de vous le partager. Or, je n'en connaissais que les grandes lignes : soit une conférence sur la littérature d'horreur.

Plus tard, j'ai regardé un peu plus en détails ce dont il s'agissait. On n'y avait pas parlé de littérature d'horreur comme je l'entend et l'apprécie, mais des sous genres qu'on peut retrouver dans cette littérature. De gore, de slasher, etc. J'ai avalé de travers. Pour moi, de la littérature d'horreur est une littérature qui donne des frissons, qui fait peur, qui nous angoisse, nous stupéfait, nous fige. Pas une littérature qui écoeure quand on en lit, qui nous donne la nausée.

Je connais une maison d'édition qui en promeut. Au début, j'ai encouragé l'idée et me suis procurée le premier titre. On se dit que chacun a le droit à sa chance, à un bon départ, etc. Or, je ne savais pas vraiment encore à quoi j'avais affaire. Après lecture de deux des 3 ou 4 textes du premier titre, j'ai réalisé que je faisais erreur. Le premier texte, son style m'avait déchanté. Visiblement, il ne m'était pas destiné, c'est-à-dire que ce n'était pas mon type de lecture. Le deuxième, que je croyais être plus aisé à lire, un style que je connaissais... son histoire m'a donné la nausée, littéralement.

Quand je lis une histoire, je veux être diverti. J'veux rire, avoir des frissons, pleurer*! Pas être dégoûtée par ma lecture! Pas être écoeurée! Dans ce second texte se trouvait du sang et du vomis partout, des yeux à la mauvaise place...

*Ç'est rare que ça m'arrive, de pleurer pour une histoire.

Je ne m'attendais pas à revivre cela. Le seul autre texte qui m'avait autant écoeuré auparavant était celui de Misery de Stephen King. Un roman que je devais lire pour un cours d'université. Je n'avais pas été capable de finir ma lecture. C'était trop écoeurant ce qui s'y déroulait. L'adaptation filmique est déjà quelque chose! Le lire... gheurrr...

Quand je visionne un film, son histoire me touche moins, je me sens moins près de celle-ci, que quand je lis une histoire. Avec une histoire, nous sommes seule à seule, je la vis plus intensément. Cette lecture-là a été de trop. Alors, soyez en avertis! Toute personne se consacrant à cette répugnante littérature : je vous trouve complètement cinglé* de vous y dévouer! Y'a assez de ce type de violence, chaque jour, dans le monde, et plus d'en présenter en version filmique...

Je tiens donc à vous préciser que je me dissocie de toute forme de promotion de ce type d'histoires. Si des collègues la vénèrent, c'est leur choix. On est dans un monde libre. Mais ne venez pas m'en présenter quelque parcelle que ce soit, avec un grand sourire, et les yeux brillants. Je vous considèrerai comme fou et follement possédé par un esprit proche de celui d'Hannibal Lecter...

*Prenez-le à la légère (avec humour) ou littéralement. Selon votre sentiment. ;-P 
 
Partie 1 de 2 


Deuxième partie de ce billet, ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement, une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrit dans un bon français.

Tout écrit hors de ces consignes ne seront pas publié.

Merci de votre attention.