Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le jeudi et le dimanche, à 11h. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

mardi 30 décembre 2014

Bon temps de fêtes!

J'ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à Tout En Syreeni ce mois-ci. Je serais de retour dès l'an prochain!! (Soit, dans moins d'une semaine, je dirais ;-) )
À tous et à toutes! Passez un beau temps des fêtes!!
Syreeni

samedi 29 novembre 2014

Assez de mots! Maintenant, les photos!

Comme je n'ai pas réalisé d'aussi belles photos que lors de mon précédent Salon (visitez ici), j'ai décidé de rendre compte de mon aventure, autant de mon côté que de ceux de pairs que je côtoie désormais dans ce petit milieu. Je vous en avais déjà parlé, dans des billets précédents. Toutefois, sans avoir pensé qu'une image de leur table et de leur personne saurait rendre justice à mes dires.

Ma première journée : 15 novembre 2014

Un nouveau jour se lève


Le calme avant le tempête de...
...de curieux et passionnés


Mon kiosque ce samedi-là




15 nov 2014_photo externe
Un flot de monde se glisse dans le sous-sol de l'église

À noter que ces deux photos ne sont pas à moi. Elles ont été trouvées sur le site même d'Expozine. Je n'ai pas pensé prendre en photo la foule. J'avais envie de vous montrer de quoi ça l'air, d'un point de vue externe.

Ma deuxième journée : 16 novembre 2014
 
Une nouvelle journée commence. 
Cette fois, ensevelie sous la première neige! Ohh!


De nouveau mon kiosque, avec une présentation améliorée! ^ ^



Le kiosque d'une voisine : Sophie Fournier

Elle propose des zines d'une demi-page contenant une suite d'aquarelles racontant le quotidien dans son quartier. Une sorte de bd sans mots. Très joli. Elle offrait également quelques-unes de ses aquarelles. Et quelques nouvelles écrites par son compagnon. Chacune imprimée et montée dans un livret propre, sans image.


J'avais d'ailleurs été impressionnée par son talent en dessin. Elle en réalisait un sur place, sur l'emballage de papier kraft d'un de ses zines pour un client. Vraiment beau!



Le kiosque d'une autre voisine : Sophie Laplante

Cette demoiselle propose de petits livrets à la couverture ornée d'un dessin et ne contenant que quelques pages de papier de soie avec un mot ou deux inscrits dessus. Cela semble simpliste, mais tout est dans le concept. Parce que l'objet est cousu à la main ou à la machine. Chaque artefact est unique. Un objet d'art. 




Le kiosque d'une tierce voisine : Jennifer Kiakas!

Ouaip! Y'a beaucoup de femmes-fanéditrices-exposantes à Expozine! Des zines divers illustrés et agrémentés d'un texte explicatif. Tout réalisé par cette dessinatrice inventive et colorée. Mention à son dernier-né, un zine sur les dieux grecs. Très amusant concept.


À présent, allons voir les camarades!

Boum et ses Boumeries. Une bédéiste talentueuse et sympathique.



Ginette Lapalme avec ses petits trésors.


http://antoninbuisson.blogspot.ca/

Antonin Buisson!! Quelles sombres stratégies de vente a-t-il en tête? Le bédéiste est accompagné cette année de son unique nouveauté « Ça vole pas haut ». Parviendra-t-il à ses fins?



Olivier Carpentier, aux regards de tueur, a sa table cette année! N'ayez crainte, il ne tuera personne. Il cherche juste à attirer l'attention sur son nouveau bébé qu'il a créé et conçu et publié aux éditions Lournark. Une superbe et fort réussi bande-dessinée. Son protagoniste : un robot à la Clin Eastwood dans le temps des cowboys! Rigolo! 



Enfin!!! Je la rencontre!!!! Zviane! Un peu fofolle sur la photo! ;-P Une bédéiste dont j'admire le travail depuis un bon bout de temps. Et son intérêt pour le milieu du fanzinat et du DIY. Elle est comme un modèle pour moi. Car oeuvrer dans ce milieu, qui n'est pas des plus connus, n'est pas toujours facile. Nous sommes comme des Chevaux de Troie qui avancent à pas lourds dans une foule de préjugés et d'incompréhensions pour notre passion. Parce que ce n'est pas toujours rose, notre petit univers. J'admire également son implication dans diverses causes. Comme celle de Lora Zepam dont je vous avais déjà parlé. (Le billet en question.) On voit ici Zviane avec le chandail « Hommages à Po, la plus belle chatte gériatrique dumonde ». Le chandail avait été créé (Zviane est celle qui en avait fait le dessin) dans le but de ramasser des fonds pour cette cause. Je suis contente de retrouver ce chandail en personne — que je n'avais aperçu que sur le net, et qui plus est, portée par l'une de ses initiatrices. ^ ^ 


Et finalement, quand on parle du loup, la table de Lora Zepam!! Et nous avons une primeur! Nous avons son torse!!! o.O C'est sa façon a elle de se présenter à son public. lol On l'a voit ici porter un chandail créé cette fois pour sa fondation PoF (Po (le nom de son chat aujourd'hui décédé. :-/) suivi de la première lettre du mot fondation. LaPoF). Et sur sa table, on aperçoit son lot de macarons de chats qui figure être l'objet de base en guise de remerciement en échange d'un don, son zine « Les araignées » qui avait été finaliste au prix Expozine l'an dernier - pour le volet fanzine - et un bouquin bleu que je ne connais ni d'Ève ni d'Adam avec le nom d'un auteur qui m'est tout aussi inconnu.

Voilà à quoi ressemblait cette année mon expérience!! Une expérience frivole, charmante et conviviale. Merci à tous! Merci d'être là, à votre façon, d'être aussi solidaire et passionnés!


Partie II de II

Ma deuxième aventure à Expozine

Ouf! Il m'est arrivé plusieurs événements précédents ce fameux Expozine qui ont fait en sorte que mon intérêt pour celui-ci était moins grand cette année. Et je pense que ça a paru. Dans mon attitude, dans mon look, dans mon regard... En fait, j'étais lessivée avant même d'être sur place. C'est tout dire. :-s

En même temps, je n'ai pas lâché, parce que je me devais d'y aller. Un petit qu'que chose au fond de moi m'y incitait. Et je vous le devais aussi. Ça ne m'arrive pas souvent les moments où je peux présenter mes projets et mon savoir-faire live. À moins que vous ne tombiez sur moi, par hasard, et qu'à ce moment même là, tout aussi par hasard, j'ai entre les mains quelques exemplaires de mes minizines, signets et autres. ;-)


Un succès différent

Dans l'ensemble, mon petit Salon a été bien. Hormis différentes rencontres avec des collègues-exposants et celles de passionnés-es de mon art ou de mes chats, mon art est parvenu à payer, au minimum, ma table. Je n'ai malheureusement pas réussi à réaliser quelques profits*, c'est-à-dire qu'une fois la table payée (soit pour ce Salon-ci un montant de 40$), mes dépenses pour mes impressions remboursées, j'espère amasser des sous pour mes projets suivants.

Je n'ai donc pas connu le succès de l'an passé (en plus d'honorer le coût de ma table, j'avais acquitté au moins le 1/6 de mes dépenses! (Ça l'air peu, dit comme ça, mais pour moi, ça représente beaucoup pour un début). J'essaie de comprendre pourquoi ce fut différent. Car ma façon de présenter mes objets était beaucoup moins laissée à désirer. J'ai désormais une nappe dédiée spécifiquement à ce type d'événement. (Sur mes photos, la couleur n'est pas la bonne. Sur mon appareil, tout ce qui est mauve paraît bleu. C'est dommage.) J'ai également un présentoir pour être à la « hauteur des yeux », avoir plus de place et de possibilités de présentation et pouvoir ainsi vous proposer plus d'objets. Enfin, comme je vous en avais fait mention dans mon précédent billet, au lieu de vous les offrir en vrac, je vous les offre désormais (sauf pour les signets) emballés. La matière choisie n'est pas hyperécologique**, mais c'est plus professionnel.


Je crois qu'il y avait quelque chose dans l'air qui bloquait les envies de se procurer de petits objets faits-à-la-main. Peut-être est-ce lié aux coupes draconiennes que réalise notre gouvernement actuel. Cette impression s'était fait surtout sentir le dimanche. Mon public d'intéressés-es, d'intrigués-es, de passionnés-es n'était pas au rendez-vous. Il y avait pourtant eu un boom de visiteurs vers 13h ou 14h. Par la suite, l'arrivée de visiteur s'est affaiblie, voire est tombée mort. J'ai appris plus tard qu'au courant de cette après-midi-là, il y aurait eu une grande marche-manifestation contre les suppressions*** budgétaires à Radio-Canada. Les personnes qui se sont jointes à la marche sont des passionnées de culture, en mon sens. Ces passionnées ont préféré militer pour une juste cause plutôt que de s'aventurer avec l'inconnu dans un sous-sol d'église. :-) Ouaip. Des fois, le timing n'est pas le bon.

Contrairement à l'an passé, ma meilleure journée fut le samedi. N'aurais-je dû que me présenter le samedi alors? Comme ma collègue-Fanéditrice de Clair-Obscur? Ou était-ce dû à la localisation de mon kiosque? Ça peut jouer aussi. Y'a tellement à voir à Expozine!! Si on n'est pas placé dans un endroit facilement reconnaissable, j'imagine qu'on finit par être oublié. Nous étions 270 artisans cette année. C'est beaucoup! « De tout pour tous! » comme on dit. C'est ce que j'aime de ce Salon.

*Ce sont mes zines qui sauvent la mise, parce que leur prix est moins modeste (à part quelques affiches) que mes autres objets. À 3.50 l'unité. À 2 pour 6$ avec l'arrivée du nouveau titre. Je ne pense pas que ça soit un prix trop élevé. Avec tout le travail qu'il englobe. Et le concept que je propose. Et les jolies petites histoires qu'ils contiennent.
**Personnellement, je préférerai les offrir emballés dans du papier kraft. Or, vous ne sauriez plus ce qui se trouve à l'intérieur, cette matière n'étant pas translucide)
***Au début, j'avais écrit « coupures », mais mon correcteur orthographique me prévenait qu'il s'agissait d'un angliscisme. « Donc notre gouvernement Québécois n'est pas capable de parler un français juste », en ai-je compris. Comme je souhaite écrire le mieux possible, j'ai préféré enrichir mon texte de termes francophones plutôt que le laisser envahir par des mots anglais, à quelques mots près. Parce que notre belle langue (le français) est souvent malmenée.

Partie I de II

mardi 11 novembre 2014

Deuxième présence à Expozine

Bon, j'avais fait l'annonce il y a quelque temps sur ma page publique d'artiste/auteure sur Facebook. Mais pas encore ici. Alors, c'est officiel, je serais à Expozine en fin de semaine. ^.^



Je ne pourrais pas vous présenter le joli projet de zine (TH) plus standard que j'avais en tête cet été et j'ai commencé à développer cet automne*. J'aurais tout de même un, sinon, deux nouveaux titres de ma petite série « Chat » qui figurent être la suite de mon tout premier titre, Chat plein d'amour. Pas la suite de l'histoire en tant que telle. L'historiette tient toute seule dans ce petit projet. Mais ils seront dans la même thématique.

Je suis en train de les concocter.

J'aurais également sur place les mêmes petits projets dérivés qu'à l'hiver dernier et automne de l'année passée. Soit des signets avec historiette à l'endos, de petites affichettes et affiches de mon art. Cette fois, pour ces derniers, leur présentation sera plus classe.

Au plaisir de vous rencontrez et de vous permettre de découvrir ou redécouvrir mon art!!! :-D

À bientôt!


*Mon projet s'est avéré de plus grande haleine que je ne l'aurais cru.

vendredi 31 octobre 2014

Choix d'auteure


Quand j'étais jeune, j'aimais bien les littérature et cinéma d'horreur, de peur, de frisson, de terreur. Après avoir connu quelques problèmes de santé et vécu la mort de proches, je ne vois plus ces ambiances du même oeil. Le macabre et la mort ne m'intéressent que s'ils sont d'ordre surnaturel ou psychologique ou encore présentés comme ridicule, absurde ou de façon comique. Même situation pour l'horreur en tant que tel. Tout ce qui est gore (angliscisme signifiant : du sang partout) et du slasher (autre angliscisme signifiant : toutes les sortes d'entailles inimaginables) ne m'attirent pas, et à bien y penser, ne m'ont jamais attiré.

Je préfère de loin visionner un des films avec le personnage de Freddy Kruger à un film comme Massacre à la tronçonneuse. Je trouve ça plate ce genre de fiction. Un homme au visage camouflé avec une scie mécanique entre les mains qui tue toute personne se trouvant sur son passage. Cé plate! Y'a pas d'histoire! C'est comme un film de Michael Bay. Y'a de l'action et des explositions partout, mais pas de réelles intrigues, de points d'encrage. On tue juste pour tuer, sans raison. Cé quoi l'intérêt? Dans A nightmare on elm street, il y a un suspens, une intrigue, des symboles, du sens, une histoire qui aboutit quelque part.

J'ai regardé, certes, comme tout le monde, les premiers Décadence, quand l'engouement pour ce type de film est apparu ou réapparu. Mais un moment donné, on se tanne. Quand c'est toujours le même concept, la même tournure, on fini par savoir à quoi s'attendre et à en perdre l'intérêt. Si y'en a pour qui c'est fascinant, ces histoires superficielles... Vous me dépassez.

En tant que littéraire et humaine favorisant grandement la vie et le vivant, les enfants, les animaux, l'optimisme, l'enthousiasme, la gaieté, l'humour et la joie de vivre, j'ai fait le choix de ne pas toucher à ces catégories à l'envers de mes propres principes.

 * * *

Des fois, il y a des adons. Comme celui que je viens de constater. Celui où je vois Mariane Cayer, auteure du blogue Les lectures de Prospéryne, a publié tout récemment un billet sur à peu près le même sujet que moi. En plus, elle a su mettre le doigt sur les mots que je n'ai pas ou que je préfère ne pas dire, au risque de choquer ou vexer mes lecteurs qui apprécieraient ce genre de littérature. 

Voici le billet en question :  ici.

Par ailleurs, y'a deux parodies de Michael Bay, si vous ne connaissez pas encore cet énergumène. 

Partie 2 de 2

Pour la première partie de ce billet, c'est ici.

jeudi 30 octobre 2014

Concert-bénéfice

J'ai un petit événement à promotionner. Il y aura un spectacle-bénéfice au cégep Maisonneuve (3800, rue Sherbrooke Est ; près du métro Pie-IX), ce samedi, en souvenir d'un enfant Hochelaguois disparu depuis maintenant 30 ans.

Le spectacle sera donné par l'entremise de différents chanteurs et chanteuses, jeune et moins jeune, de la troupe Chante ta voie. Dont le fils d'une de mes connaissances qui a débuté sa carrière de chanteur très tôt. Il se nomme William Coallier et à une voix impressionnante pour une personne de son âge. Pas loin de celle que nous avons connu autrefois, dans les débuts du chanteur René Simard. Il a un talent particulier. 


Bon, voici l'affiche qui annonce l'événement :


Ainsi qu'un peu plus de détails : Les amis de Métivier

mercredi 29 octobre 2014

Je me dissocie d'un certain type de littérature


Dans mon dernier billet, j'ai fait la promotion d'un événement qui avait eu lieu au premier Comic Con de la ville de Québec. Lorsque j'ai repéré l'annonce sur Facebook, que des auteurs de mon milieu se retrouvaient là-bas, j'étais contente pour eux et j'ai décidé de vous le partager. Or, je n'en connaissais que les grandes lignes : soit une conférence sur la littérature d'horreur.

Plus tard, j'ai regardé un peu plus en détails ce dont il s'agissait. On n'y avait pas parlé de littérature d'horreur comme je l'entend et l'apprécie, mais des sous genres qu'on peut retrouver dans cette littérature. De gore, de slasher, etc. J'ai avalé de travers. Pour moi, de la littérature d'horreur est une littérature qui donne des frissons, qui fait peur, qui nous angoisse, nous stupéfait, nous fige. Pas une littérature qui écoeure quand on en lit, qui nous donne la nausée.

Je connais une maison d'édition qui en promeut. Au début, j'ai encouragé l'idée et me suis procurée le premier titre. On se dit que chacun a le droit à sa chance, à un bon départ, etc. Or, je ne savais pas vraiment encore à quoi j'avais affaire. Après lecture de deux des 3 ou 4 textes du premier titre, j'ai réalisé que je faisais erreur. Le premier texte, son style m'avait déchanté. Visiblement, il ne m'était pas destiné, c'est-à-dire que ce n'était pas mon type de lecture. Le deuxième, que je croyais être plus aisé à lire, un style que je connaissais... son histoire m'a donné la nausée, littéralement.

Quand je lis une histoire, je veux être diverti. J'veux rire, avoir des frissons, pleurer*! Pas être dégoûtée par ma lecture! Pas être écoeurée! Dans ce second texte se trouvait du sang et du vomis partout, des yeux à la mauvaise place...

*Ç'est rare que ça m'arrive, de pleurer pour une histoire.

Je ne m'attendais pas à revivre cela. Le seul autre texte qui m'avait autant écoeuré auparavant était celui de Misery de Stephen King. Un roman que je devais lire pour un cours d'université. Je n'avais pas été capable de finir ma lecture. C'était trop écoeurant ce qui s'y déroulait. L'adaptation filmique est déjà quelque chose! Le lire... gheurrr...

Quand je visionne un film, son histoire me touche moins, je me sens moins près de celle-ci, que quand je lis une histoire. Avec une histoire, nous sommes seule à seule, je la vis plus intensément. Cette lecture-là a été de trop. Alors, soyez en avertis! Toute personne se consacrant à cette répugnante littérature : je vous trouve complètement cinglé* de vous y dévouer! Y'a assez de ce type de violence, chaque jour, dans le monde, et plus d'en présenter en version filmique...

Je tiens donc à vous préciser que je me dissocie de toute forme de promotion de ce type d'histoires. Si des collègues la vénèrent, c'est leur choix. On est dans un monde libre. Mais ne venez pas m'en présenter quelque parcelle que ce soit, avec un grand sourire, et les yeux brillants. Je vous considèrerai comme fou et follement possédé par un esprit proche de celui d'Hannibal Lecter...

*Prenez-le à la légère (avec humour) ou littéralement. Selon votre sentiment. ;-P 
 
Partie 1 de 2 


Deuxième partie de ce billet, ici

jeudi 23 octobre 2014

Trois autres petites choses

La première


J'avais réalisé il y a quelques semaines quelques modifications dans l'apparence de mon blogue. Désormais, vous avez le droit, à votre droite, à un menu visuel de mon dernier-né! En encadré, au bas, j'y présente mes projets en cours. (Lire le deuxième paragraphe pour plus de détails). Un peu plus bas encore, une liste de mes derniers écrits parus. Les avoir énumérés dans ma section « Publications » était un concept et pour l'accroître (pour mes visiteurs du hasard ou occasionnels), une vue directe de mes plus récentes parutions s'avérait essentiel.


La deuxième


Aussi, j'ai décidé de présenter subtilement mes projets en cours de réalisation. Or, comme je n'aime pas trop en parler avant leur heure, j'ai décidé d'employer une technique empruntée à mademoiselle Lauzon qui consiste à ne révéler publiquement que quelques lettres du titre possible d'un projet d'écriture. Comme ça, il m'est possible de vous en parler sans trop en dire en même temps. Parfois, trop en dire éteint la flamme qui m'animait pour y travailler. Comme si j'en avais révélé le punch. Demeurer silencieuse n'est pas facile, mais j'y arrive.

Également, je retiens, de la même blogueuse, un système de classification de nos projets d'écriture. (ici) Quand je l'ai lu et me suis essayée, ça avait vraiment changé quelque chose dans ma vie! Le fouillis est devenu ordre et nouveau souffle. J'ai emprunté quelques-unes de ses idées, je les ai réutilisées à ma sauce et voilà! Maintenant, je sais où et quand j'ai vaqué à tel projet. Je vous recommande sa technique!

À noter que je n'utilise que la première lettre de chaque mot ou un seul mot global définissant le ou les projets en question. 


La troisième


Une première convention du Comic Con de Québec aura lieu à ville reine, en fin de semaine et je tenais vous en faire part, parce que plusieurs artisans de mon milieu s'y retrouveront pour y discuter de leur passion, pour vous dédicacez leur œuvres ou juste pour le plaisir d'y être! 



J'ajouterais qu'il y aura également la présence de Zidara9, d'Olivier Carpentier, de Front Froid et de l'artiste-bédéiste Boum.

Sans mot

Il est arrivé des événements très moches au Québec ces derniers jours.

Voire au Ca na da.

J'en suis déconfite. : (

vendredi 17 octobre 2014

Des nouvelles!

Dans le billet suivant : Mes prochains défis! J'y détaillais tous les projets (ou du moins une grande partie) qui m'occupent l'esprit ces derniers temps. Je me suis rendue compte que  l'un d'eux étaient de trop. Avoir trop de textes de fiction ou trop de projets créatifs en même temps, ça peut devenir étouffant.

Je suis deux ateliers d'écriture en même temps. J'suis arrivée à la conclusion que j'en suivais un de trop. Si je peux bien vaquer à mes tâches, j'ai besoin de prendre mon temps pour les réaliser. Pas à la sauvette. Pas en écriture littéraire. En arts visuels, ça peut passer, mais en écriture, c'est une autre chose. Je suis pas mal pointilleuse dans ce que je fais. 

Je vais donc revoir reconsidérer, avec du recul, tous ces défis lancés.

* * *

Qui plus est, j'ai eu l'opportunité d'apprendre, trois semaines plus tôt (comparé à l'année dernière), que j'aurais ma place à Expozine cet automne!!!! ^-^  ^-^  ^-^ Y'a de la joie! Y'a de la joie!!!  Y présentant de nouveau un kiosque, je me dois de vous proposer du nouveau matériel. (J'aime beaucoup mon premier-né, mais celui-ci se doit d'avoir des frères et des soeurs, pour l'entourer, l'encourager, l'aimer. (rire))

Ce sur quoi je travaille présentement. Une sorte de mixte entre un carnet d'écrivain, un cahier de création et un laboratoire d'expérimentations. Un peu de tout. Des arts, de la littérature, de l'imaginaire. Je ne le considère pas comme un fanzine sérieux sérieux (comme Brins ou Clair Obscur). Je dirais plutôt comme un livret d'explorations, je dirais. J'espère que j'arriverais à temps pour celui-ci.

J'aurais également à vous présenter le deuxième titre de ma première série de mini-zine. La version définitive (parce que les deux premières versions comportaient différentes erreurs et avaient été conçu dans la vitesse). 

Et possiblement de nouveaux imprimés... 

* * * 

Mention à Isabelle Lauzon, collègue blogueuse et amie-auteure qui s'est jointe à vous, dans le suivi de mon blogue - et qui a choisi de se manifester publiquement! C'est un grand plaisir de t'accueillir sur TeS. ^.^