Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le jeudi et le dimanche, à 11h. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

mardi 20 novembre 2012

Ma visite au Salon du Livre



Je suis très contente de ma visite au Salon du Livre cette année. Plus encore que les années passées. Grâce au superbe mouvement étudiant que nous avons eu au Québec, au cours des derniers mois, j'ai acquis par son intermédiaire, une plus grande affirmation de mes gestes. Alors, je ne me suis pas gênée pour discuter avec les gens. Tantôt par hasard, tantôt me rendais directement à leur séance de dédicace. En voici un aperçu :

J'ai été voir une de mes auteure préférée au Québec de littérature de fantaisie urbaine, de fantastique, autrement d'un imaginaire noir bien personnel – comme j'en avais parlé dans mon précédent billet. Elle se nomme Natasha Beaulieu. J'apprécie ces écrits, non seulement en raison de ses thématiques de prédilection, mais également de son style d'écriture qui me ravit. La voici au kiosque Alire, à sa table de dédicace, à mes côtés :


Le lendemain, au même endroit, j'ai retrouvé son « émule » - si je puis dire - qui s'appelle Ariane Gélinas. Il s'agit d'une jeune auteure qui étudiait plus ou moins en même temps que moi durant mon BAC en littérature et dont la carrière d'écrivain a pleinement pris son envol. Mlle Gélinas écrit beaucoup et sous diverses formes. Des articles dans Brins d'Éternité et Postures, des fictions dans différents ouvrages (LeSabord, Zinc, Solaris...), deux romans: l'un de science-fiction, l'autre de fantastique. Je suis son trajet d'écrivain, car il me fascine. Qui sait, un jour, arpenterais-je un qui lui ressemble? ;-)

La voilà avec son bébé
 (à noter qu'elle n'y a publié qu'une nouvelle,
elle n'a pas réalisé à elle seule l'intégralité de la revue...)
J'ai retrouvé d'autres auteurs de ma connaissance, comme Pierre H. Charon, à mon passage à cet événement. Cela ne fait pas longtemps que M. Charon est dans le milieu. Il a publié trois nouvellette dans des fanzines, puis il a fait un grand saut avec L'Incident publié chez Les Z'ailées et L'initié, un an plus tard, publié aux éditions du Porte-Bonheur. Son premier roman mélange suspense et horreur, son second, science-fiction et horreur. Je lui souhaite de belles aventures et réalisations de cet univers de papier.

Pierre et moi

Enfin, j'y suis parvenue!!! Pour Michel J. Lévesque! Mon auteur favori au Québec de fantastique. Ça n'a pas été facile. Ça ne l'est pas vraiment avec lui. Il est toujours très entouré. D'admirateurs, bien sûr. En fait, je dirais davantage d'admiratrices. Des files de monde. En veux-tu? En v'là! Remarquez, c'est bien compréhensible. Avec le talent qu'il a dans l'écriture de ses textes : pour sa manière de nous maintenir en haleine, pour ses personnages intrigants, mystérieux, ses univers inusités, fouillés, bien pensés, ses idées astucieuses... Bref, j'en suis une inconditionnelle.

Dès qu'il n'y avait plus de file, je me lançai à l'assaut. Et une file se formait de nouveau, sous mes yeux.. Ah non! Puis, plus de files... Oup! Une nouvelle. Ah! Plus de files... Me voici, me voilà! Et... Contrairement à ce que j'avais pensé, j'ai bredouillé un peu... :-/ Je n'étais plus certaine de ce que je voulais lui dire, comme comment j'appréciais sa plume fluide, agréable, savoureuse... (Je me reprendrais.)

Pour vous, une preuve de mon exploit ^-^ (Grand merci à mon trésor numérique!!!): 


M. Lévesque qui n'avait pas tout à fait compris
 sur le coup mon concept de photographe... o_O
En plus, je me suis permis d'intégrer un concept à ma photo. À la manière de M. Lévesque pour ses romans! Alors, vous retrouvez à sa droite, le dernier tome de sa série Soixante-Six (que je vais lire bientôt! héhé) et à sa gauche, le premier tome de son nouveau projet de série qui s'intitule Psycho Boy. Celui-ci viendrait tout juste de paraître (mercredi passé à ce que j'ai entendu). J'ai l'impression, en lisant la quatrième de couverture de ce livre qu'une idée de Soixante-Six a été reprise pour réaliser cette nouvelle série. À vous de la découvrir!

À noter que mes lettres colorés indiquent juste que j'ai un auteur femme et un autre homme préféré.

jeudi 15 novembre 2012

Le Salon du Livre de Montréal s'en vient!

Le Salon du Livre de Montréal s'en vient à grand pas!!! (Ce n'est pas parce que je me suis davantage tournée vers les arts visuels que j'ai oublié qui je suis devenue en effectuant mes précédentes études. Une littéraire assoiffée!) Et cette année, je suis libre de mes mouvements - c'est-à-dire que je n'y travaille pas - et j'ai de plus en plus de collègues - devenus auteurs devrais-je plutôt dire - qui y seront en séance de dédicace entre autres. J'en aurais beaucoup à saluer, peut-être en même temps. Une chance que l'événement dure cinq jours! Hé hé! ;-) 

Je compte très certainement rendre visite à deux auteures que j'adore, pour leur style d'écriture et/ou leurs thématiques d'écriture de prédilections, qui ont toutes deux sorties une oeuvre littéraire cette année. Je parle ici de Natasha Beaulieu et Ariane Gélinas. La deuxième, je la considère un peu comme l'émule de la première. Parce qu'elle nous offre des mondes bien personnels tous comme ceux de la première, alors que Beaulieu a commencé a publié depuis plus longtemps que Gélinas. C'est drôlement sympathique de le savoir.

Pour les autres, je me garde une petite réserve.

Sur ce, je vous souhaite à tous et à toutes un superbe Salon du Livre!!!

lundi 12 novembre 2012

Plus ardu que je ne l'aurais cru

Mon premier travail officiel* en cours de Sculpture A n'a pas été de tout repos. Habituellement, les idées m'arrivent à l'esprit comme un rien, comme si elles m'étaient innées. Mais là, ce n'était pas le cas. Le projet simple à première vue : monter une structure à partir de plans. Autrement dit, passer du 2D au 3D. Un projet qui semblait si simple que finalement, pour moi, c'en est devenu complexe. Je ne voyais pas grand-chose sortir des plans de cartons que j'avais taillés. Je m'étais équipée en matériels qui se retrouveront aux oubliettes. (Non, non. Je vais les conserver. Ça peut toujours être utile pour une artiste. ^-^)

*Parce qu'on fait d'autres petits travaux en classe qui sont de moindre haleine.

Après avoir esquissé plusieurs idées - à la mine et de manière concrète - sur le carton, une seule m'apparaissait à l'esprit comme ce vers quoi je devais me lancer. [illustration] Une sorte de montage de prisme rectangulaire (en fait, c'était du carton plié) se chevauchant comme un escalier. C'était le travail le plus logique selon moi sur d'après ce qui était demandé. Alors, c'est ce que je fis. J'en ai conçu deux qui n'étaient pas tout à fait identiques dans sa symétrie et je les ai joints ensemble. [photo] Ç’a donné ce que ça a donné. C'était le hasard en fait, mais le hasard a fait en sorte que de mon travail se dégage une forme d'esthétisme qui m'avait plu. 



Des beautés et des ratés


Le seul côté triste de l'histoire est que je l'ai remis comme tel, sans avoir eu plus de temps pour peaufiner le concept. Les autres travaux en classe - qui m'estomaquaient, parce que jamais je n'aurais pensé à de telles idées - étaient très achevés. Peint, soignés, beau. Moi - comme un train-train que j'aimerais ne plus avoir - c'était moche, échevelé, avec des traces de mon adhésif qui paraissaient à certains endroits, des coins peinturés et d'autres, laissés libre pour voir le carton. Parce que le carton en lui-même offre tout de même un assez bel aspect.

Somme toute, ce projet, dont la professeure m'avait précisé qu'il n'était pas le préféré de tous (ah, bon, au moins, je ne suis pas seule), je compte le reprendre en quelque sorte et réaliser quelque chose de plus achevé. Le résultat était bien. Pas comme je m'y attendais, ni totalement désastreux. Je le réviserais, le retravaillerais et peut-être, l'ajouterais à mon porte-folio d'artiste.

Par ailleurs, durant ma période « esquisse », j'avais détaillé une idée qui m'avait semblé très intéressante si je l'exécutais dans un grand format. Ça serait un mélange de papier (ou matière qui lui ressemblerait) et de bois. Au final, ça va être une sorte de tableau-objet, comme j'aime à les appeler. J'avais découvert le concept lors d'un travail à exécuter dans le cadre de mon DEC en arts plastiques. Très intéressant! Quand j'aurai quelques opportunités pour concrétiser l'un ou l'autre de ces projets, je vous rendrai compte des détails.