Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée franc-tireuse, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

TOUS DROITS RÉSERVÉS ~ 2009-2017

TOUS DROITS RÉSERVÉS ~ 2009-2017
Toutes mes publications sont sous mes droits d'auteure. Demandez-m'en l'autorisation pour toute citation. Merci.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

lundi 29 mars 2010

Critiques des deux derniers Katapulpe - Partie II

Katapulpe, le fanzine de la relève littéraire #8 – thème « Bonbon »


     Le nº 8 est vraiment particulier. En plus d’offrir des exemplaires en magasin dans un sac à surprise de couleurs criardes, même situation pour les imprimés. Ses pages sont un arc-en-ciel de jaune, orange, vert et rose fluo. La couverture présente le dessin inversé – et agrandi – d’une fraise, qui rappelle les petits bonbons rouges enveloppés dans un papier du même style. Les illustrations à l’intérieur sont abstraites, surréalistes ou de simples images d’enveloppe de papier de bonbon. Quand j’ai vu la chose, je me suis écriée (un autre): « WOW! Ceux qui s’affairent derrière l’ouvrage n’ont pas peur du ridicule ».

     Au sommaire, des noms reviennent d’un numéro à l’autre : ici, ceux de Valérie Bonenfant et d’Hans Delrue. J’y vois également le nom d’un blogueur de notre petite communauté de la relève littéraire. Je lirais son texte et le citerai avec mes autres choix (aléatoires) afin de commenter quelques textes. Encore une fois, je ne priorise pas un auteur, à moins qu’il me soit plus ou moins connu. Par exemple, je n’ai pas choisi madame Bonenfant (même si j’aime beaucoup de ce qu’elle écrit!), mais monsieur Delrue.

     Alors voici :


Drama par Alexandre Dumont
Récit très centré sur le sujet des friandises, une démonstration de toutes ses déclinaisons. Fin inusitée, plutôt poétique et énigmatique. L’histoire porte à réflexion. 

Bonbons acidulés par Hans Delrue
Amusant. Chute inattendue (pour ma part). Une histoire d’enquête sur des bonbons meurtriers. L’intrigue est bien peaufinée, au point que nous en souhaitions connaître la fin. 

Mardi soir par Anny Bussière
Bon texte. Bien amené. La fin est inattendue et efficace. Les mots sont à leur place. Tout comme les héros, tiens! ~8-)

Gare aux papilles par Marie-Ève Caron

Jolie nouvelle toute en gaieté. Comme quoi les bonbons peuvent également servir (comparée aux autres textes) à apporter la joie. Une fin moralisante et appréciée! 


Jubilé de cannelle par Pierre H. Charron
Voilà un texte qui m’a posée bien des problèmes de lecture. Je suis d’avis qu’il n’est pas terminé et je lève un sourcil d'apprendre qu’il a été publié. Je m’explique : si l’on m’informe qu’il existerait une différence entre un récit et une nouvelle, je tenterais de désigner ce texte comme étant ce premier. Il se retrouve dans un environnement trop étroit (max. 4 pages) pour bien se déployer et être apprécié de ses lecteurs. Le texte comporte beaucoup trop d’idées lancées ici et là dans un si petit espace. 1) J’ai dû le relire plus d'une fois afin de bien comprendre de quoi il en retourne, car je me suis perdue au fil de la lecture ne sachant plus ce qui devrait ou non capter mon intérêt* 2) les phrases sont très longues (la lecture s’essouffle) 3) la fin est déroutante (voire préférable pour son éventuel lecteur de relire le texte afin de bien la comprendre**).

     Par ailleurs, le texte veut être poétique avec des expressions particulières, dont certaines me semblent étranges, mais qui sont peut-être connues par d’autres. En voici quelques-unes : « un ciel de feu », « dans la prison de sa mémoire », « larron de foire », « ça fesse dans mite »! J’apprécie cette intention poétique. 8-)
     Si jamais son auteur se manifeste, il doit faire de la réécriture. Son texte n’est pas mauvais en soi, il est juste confus avec toutes ces idées qui s’entremêlent et qui n’ont pas toujours – nécessairement – un lien entre elles. Et il a quelques constructions de phrase et de mises en page (celle-ci, suggestion personnelle) qui devraient être à améliorer.


     Sur ce, j’espère que mes commentaires plairont aux curieux, visiteurs ou abonnés de Katapulpe ainsi qu’aux éventuels propriétaires des textes cités!!! Il me fait plaisir que votre lecture se fût agréable et vous aider et vous conseiller me fait plaisir. 

     Si vous avez des questions ou des pépins n'hésitez pas à m'écrire : gsyreeniartiste[arobe]hotmail.com

Critique des deux derniers Katapulpe - Partie I

Juste avant de faire les critiques, il faut que je vous glisse un mot de la plus haute importance. Dans le numéro 9, qui devrait sortir dans très peu de temps, un texte de ma plume y sera intégré!!! Ça fait bien deux mois que j’attends de lui voir la binette. Ma première nouvelle publiée! Je jubile et je remercie ceux – une fois de plus – qui m’ont déjà félicités pour la chose.


Voici des commentaires pour ceux qui ont entre leurs mains ces numéros et ne savent par quoi commencer…

Katapulpe, le fanzine de la relève littéraire #7 – thème « Valise »


     Ce numéro est divertissant. Il comprend des textes, des images et un mix des deux, de la BD. Celle-ci nous repose après la lecture d’un texte intense ou compliqué. Excellente idée! J’espère que la BD reviendra dans d’autres numéros. L’ouvrage contient en tout quatorze fictions : de la sf, des poétiques, des simples, des compliqués + quatre bandes dessinées. Des textes hétéroclites où pas un – ou presque – n’est pareil. 
     J’en ai choisi cinq au hasard. Ce ne sont pas des textes que je favorise (à moins de m’être déjà entretenue avec son auteur) plus qu’un autre. Si vous avez envie que je vous parle précisément d’un de ces textes, faites-m’en part par courriel ou en laissant un commentaire.


Vol de Valise par Valérie Bonenfant
Texte poétique, drôle, tout en liesse. Un conte enchanteur, superbe.


Qu’est-ce qu’il y a dans ma valise? par Michel Gingras
Sorte de pastiche de l’émission Le Banquier (à TVA) repris comme étant une solution pour diminuer le nombre de prisonniers dans les prisons québécoises. Un texte intense, satire de la société de consommation (qui consomme pratiquement n’importe quoi). Cœurs sensibles, abstenez-vous de lire ce texte! ~;-)


Invasion par Axel Angel  ***coup de coeur ah ah ah***
Ha ha ha! Vraiment bon! Très courte, tout juste les mots essentiels pour chaque idée. Une lecture à faire!


Au-delà des dunes par Ariane Gélinas
Voici un texte dont je connais l’auteure. Son texte fait part de sf, d’une histoire que j’ai l’impression d’avoir déjà vue ailleurs, dans une nouvelle de K. Dick dont je ne me rappelle plus le titre. Vraiment, la même histoire, mais rendue d’une façon différente. Est-ce que Ariane connaît le texte en question? Ou est-ce un dédoublement – tout à fait hasardeux – du texte de Dick? Si jamais je retrouve le texte en question, je vous en ferais part. Au reste, le texte d’Ariane est bien écrit, bien amené. Impeccable.


Le cinquième texte est en fait le regroupement de toutes les BD :
Mademoiselle Bachelard fait sa valise par Estelle Bachelard
Comment ouvrir une valise? par X,   
Justice à emporter par X
Le déclin de Romanouche Bidon par X **De beaux dessins! Si ça adonne, j'aimerais bien travailler en collaboration avec leur créateur/trice**


Les "X" appartiennent aux bédéistes qui n’ont pas clairement signé leur œuvre. 

Néanmoins, voici les auteurs qui sont désignés à la fin du fanzine (sans préciser qui a fait quoi): André Frenette-Nolin, Pascale Pelletier & Marie-Lise Leclerc.


Toutes les bandes dessinées sont intrigantes, ont leur style et sont intéressantes à lire et à regarder. La première est mignonne, la seconde étrange, la troisième bouge, la dernière est charmante. 

mercredi 17 mars 2010

Qu'est-ce que le fanzine Katapulpe?

      Katapulpe est un fanzine dédié à la nouvelle littéraire. Il catapulte « les auteurs débutants, amateurs et étudiants » et sa pulpe fait ressortir les récits émergents du populaire même (comme ses précurseurs, les pulps). Ses auteurs proviennent principalement du Québec, mais tend ses pages depuis quelques numéros à des compatriotes de la France. Le fanzine ne publie que de la nouvelle et opte pour une esthétique très recherchée.

      Jamais entièrement sobre. Toujours avec quelque chose qui attire l’œil, l’intrigue, le stupéfait, le rend joyeux et rieur ou glisse une larme. Mêmes attributs pour les textes. L’un ne va pas sans l’autre. L’ouvrage est loin d’être un fanzine très amateur. J’oserais dire un prozine, mais avec réserve. À ma connaissance, ce ne sont pas des professionnels qui travaillent à l’arrière, mais des bénévoles, et la plupart sont étudiants (en design, lettres et autres). À ses débuts, la publication était très mince (nº 1, 26 pages), avec plusieurs erreurs typographiques, son caractère (taille du texte) était beaucoup trop de petits (moins que la taille 10?), les images aussi présentes que le texte.

       Katapulpe a évolué très vite, pour devenir quelque chose de « WOW! » Les deux derniers numéros sont singuliers et je vais en faire la critique dans l’article suivant celui-ci. Je pense qu’en réalisant de telles petites merveilles, Katapulpe essaie en plus de faire correspondre les textes et les images, faire écho avec le thème. Par exemple, dans le nº 6, le thème est « Lettre » et il aurait été imprimé avec du véritable papier à lettres de fantaisie. Alors, si l’on y trouve une licorne, des roses et des colibris au beau milieu d’un texte à saveur policière, c’est normal, ou pour le nº 8, dont le thème était « Bonbon », certains exemplaires auraient été offerts dans une version ensachée - rappelant le sac à surprise.  

       Depuis la parution des deux derniers numéros, j’ai relevé plusieurs commentaires de lecteurs qui trouvaient exagérées leurs présentations. À mon avis, il faut avoir l’esprit ouvert pour vraiment estimer la valeur et la polyvalence réelles de ce fanzine. Je n’ai jamais vu quelque part (passé ou actuel) une publication offrir une telle diversité d’idées dans un contenu aussi étroit. Katapulpe est vraiment unique en son genre. Et très contemporain. J’appuie sa poursuite. Certes, il a ses excentricités, ses habitudes à sortir de la normalité, mais ceux-ci n’en font pas moins un excellent fanzine.

Note personnelle:
J’adore Katapulpe. Au point de l’avoir fait grimper aux côtés de Brins d’Éternité, au même rang que mon fanzine préféré. Et si on me demande de voter pour l’un d’eux, je suis divisée.

      Les seuls bémols sont le fait que, d’abord, ses concepteurs ne cessent de repousser la da-e de parution de chaque numéro. Désir de perfection ou manque d’effectifs? Je comprends que ça peut être difficile de trouver les bonnes personnes pour la réalisation de ces petits chefs-d’œuvre, mais à force de repousser, on dirait que notre abonnement (à l’origine trois numéros/an) tomberait à deux numéros par an, sans que des corrections au niveau de son prix soient faites, ou suis-je dans l’erreur? D’ailleurs, c’est 20 $ pour un an, donc, s’il y a trois numéros (chacun valant 6 $ à l’unité), où va le 2 $ en surplus? Tandis qu’un abonnement est censé être moins cher qu’à l’unité. Ce sont des petits détails, certes, mais pour garder intéressés ses abonnés, il faut prendre soin d’eux et ne pas les fourvoyer. Toutefois, je ne me sens pas perdue, seulement désorientée par le fait que j’attends impatiemment la parution du dernier numéro, et il me semble qu’il le rallonge trop souvent (la raison est expliquée au début de mon prochain article).

      Pour les curieux, l’éditeur du fanzine, Denis Bégin, a fait une courte entrevue avec la librairie Pantoute (Québec). Il n’en dit pas grand-chose, mais l’effort est là pour le faire découvrir un peu plus. Voici la vidéo, suivi de quelques liens concernant la publication :

http://katapulpe.com/ (le site officiel),
http://shop.lepressier.com/collections/katapulpe (site en ligne où on peut se le procurer), http://www.facebook.com/group.php?gid=109968032656 (sa page facebook)