Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

lundi 18 janvier 2010

L'avenir de Nocturne, le fanzine culte - Réflexions

No. paru en 2007 ou début 2008

     Nocturne* est un fanzine destiné à toutes les formes d’art relatant l’horreur, l’épouvante, l’angoisse… Derrière lui, plusieurs changements d’équipe se sont succédé, ce qui a causé des irrégularités dans leurs publications et des problèmes de mises en page. De ce fait, tristement, nous n'en sommes encore qu’au numéro 13 et possiblement, après les trois numéros suivants, le fanzine s’éteindra – à moins que des personnes généreuses ne souhaitent reprendre son gouvernail. L’éditrice du fanzine ne sera plus apte à le maintenir sous son aile, par cause d’aléas de la vie qui mènent certaines personnes ailleurs et laissent la place à d’autres.

     Lorsque je me suis abonnée au fanzine, je m’étais longtemps demandée si mon abonnement était justifié. De numéros en numéro (je suis partie dès le # 5), j’étais de moins en moins sûre de mon choix.

*Le site officiel n'existant plus, je n'ai trouvé que ce site pour vous donner un aperçu de l'ancienne version du fanzine, désormais intitulé Nocturne, les charmes de l'effroi.

   

Amateurs d'horreur à l'oeuvre

     À bien y penser, il était peut-être normal que Nocturne se présente ainsi à mes yeux. Il n’a pas derrière lui la même équipe que Brins d’Éternité, par exemple. Ces bénévoles n’ont pas tous un baccalauréat en Études littéraires ou sont à la maîtrise ou au Doctorat dans ce domaine. Nocturne a été créé par des amateurs du genre pour des amateurs du genre. Donc, pas nécessairement des gens qui s’y connaissaient en édition.

     Une première question s’en dégage? Est-il nécessaire pour un fanzine de comporter une esthétique professionnelle afin de survivre dans le milieu de l’édition? Habituellement, un fanzine qui persiste est rare (exceptionnellement, il y a eu le défunt Mensuhell qui a duré une centaine de numéros), surtout s’il n’évolue pas en une revue professionnelle. 
     Une seconde question en découle. La société québécoise (ou francophone) a-t-elle besoin d’une revue sur l’horreur? Si on pense aux grands maîtres du genre tels que Stephen King, Edgard Allen Poe et Lovecraft, sa persistance est indispensable. Il s’agit, à ma connaissance, du seul fanzine francophone traitant de cette littérature de genre. Il doit se battre pour survivre, car il a des lecteurs, des gens qui se nourrissent de cette passion et qui plus est, en langue française. 


Raisons pour ne pas disparaître

     Prenons en compte trois aspects principaux qui seraient fâcheux de voir disparaître si jamais la fin de Nocturne s’avère proche :

1) une place de moins pour diffuser des textes au public. Une place de perdue où un jeune auteur aurait pu laisser sa marque avant de devenir – potentiellement – un grand écrivain. Une place mise à néant qui créait auparavant des liens entre plusieurs auteurs, lecteurs, passionnés du genre.
 
2) S’il en est ainsi pour les fictions, il en est de même pour les artistes produisant ses gravures, peintures, photographies artistiques, les dessins… Tant de plateformes imprimées faciles d’accès perdues... car un fanzine ne survit que par l’apport de ses lecteurs (éventuellement acheteur) et collaborateurs. Comme un fanzine n’est pas pour objectif d'être rentable, il doit en quelque sorte être en « quête » de supports et non l'inverse, telles les revues qui sont capable de rémunérer leurs collaborateurs.

3) Un endroit où il était possible d’acquérir bénévolement de l’expérience dans le milieu de l’édition


Pour conclure

    Je dirais, d’après mes cherches sur le phénomène du fanzinat*, que malgré le (ou les) dernier(s) numéro(s), Nocturne doit encore s’améliorer. Il est de mieux en mieux, mais pas achevé. Peut-être que des mains neuves lui fourniront l’éclat qui lui manque encore.
     Pour terminer, je lance un appel à tous. Tous ceux et celles qui seraient intéressés/es à participer au fanzine, que ce soit de près ou de loin, voire devenir peut-être le prochain éditeur/rédacteur en chef. Voici le courriel où vous pouvez joindre l'actuelle éditrice : laportemarie@hotmail.com.
     Gardons espoir que le fanzine ne disparaisse pas, qu'il arrivera à ressurgir des eaux de l'oubli, qu'il poursuivra sa noble mission: celle de donner une place à tant d'auteurs/écrivains francophones en devenir... 


*Réalisé dans le cadre d'un de mes cours d'université.


[Note ajoutée en Octobre 2010 - (1) Tous les liens sur les fanzines ont été transférés sur une base de donnée sur l'édition que vous pouvez aller retrouver ici. (2) Il existe à présent une entrevue avec l'éditrice de Nocturne, Marie Laporte. Vous pouvez écouté l'entrevue, celle-ci fait suite à mon article, dont le titre est "Entrevue avec Marie Laporte". Cette entrevue a été réalisée par AudioLibris, un poste de radio sur la Toile.]
                                                                                                                               

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement, une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrit dans un bon français.

Tout écrit hors de ces consignes ne seront pas publié.

Merci de votre attention.