Bio

Femme de lettres, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée de la vie/du vivant, promotrice d'événements, de moments mémorables ou anecdotiques, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

¤ Horaire des parutions ¤

« Deux billets par semaine. Généralement le mardi, vers midi et le vendredi, en soirée. »

Merci de votre attention.

Crédits

Les différents intitulés de mes gadgets/textes informatifs ont été créé comme logo à l'aide du site générateur de logo Cooltext.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

jeudi 19 novembre 2009

Désolantes nouveautés trimestrielles - Automne 2009

Plusieurs déceptions côté nouveautés trimestrielles.

Solaris #172

    J’avais vu la couverture du dernier-né sur le blogue d’une consœur, il y a maintenant un mois. Je croyais qu’il était déjà disponible (d’habitude je préfère voir le nouveau numéro, directement dans mes mains, la joie se fait plus agréablement ressentir), mais j’ai dû attendre deux semaines avant de le recevoir. Une fois fait, je me suis empressée d’y jeter un coup d’œil.

    La nouvelle du Lauréat du Boréal 2009 est intéressante à lire. Un univers comportant des détails rappelant ceux de Philip K. Dick. Les autres textes, heum… leurs auteurs sont tous des hommes, d'une part, et trois sont de Claude Bolduc. Je respecte son travail. J’ai essayé de lire son recueil Les yeux troubles et autres contes de la lune noir et je me suis rapidement rendu compte que son style d’écriture ne convenait pas à mon type de lecture. Il est peut-être un très bon auteur, mais je ne suis pas, pour le moment, capable de le lire. Peut-être un peu plus tard, quand je serais dans la trentaine. C’est mon opinion personnelle. J’ai essayé de lire ceux des autres auteurs, même constat. Le début de chaque texte est trop « intellectuel » ou « philosophique ». Peut-être est-ce encore des textes qui me conviendraient de lire à un âge plus avancé.


Le Passeur - édition d'automne 2009

    J’ai reçu au début du mois le dernier numéro du Passeur. Publication à laquelle je dus m’abonner pour participer au concours 2009 de la FQLL. Je croyais que pour gagner il fallait avoir de la rigueur dans son travail d’écriture; de jouer avec les sens, les mots, tout en utilisant le moins d’espace possible (soit maximum 500 mots). En lisant les textes gagnants, j’étais déconcertée. Qu’est-ce que c’est que ça? Des textes que n’importe qui – ou presque – peut écrire. Des sujets que je qualifierai de très déjà vu, urbain, facile. Les textes ne sont pas pour autant médiocres. Seulement, comparer celui que j’ai écrit… j’ai l’impression que les membres du jury n’ont vu que du feu ou encore visaient un type de texte précis. Les textes de fantaisies, avec beaucoup d’images, de mouvement, de liberté, ont peut-être été écartés. C’est dommage.

    Je pense qu’en fait le concours s’adressait plus à des amateurs d’une littérature « réaliste » ou encore… comme la FQLL est principalement constituée de bénévoles ou, je dirais, de gens de plus de 40 ans, le milieu est plutôt fermé pour des auteurs comme moi.

    J’ai vécu une expérience de vie quoi!


Main Blanche Vol. 15, # 01 Septembre 2009

    Depuis environ deux ans, j’attendais un nouveau numéro de la revue Main Blanche des étudiants Uqamiens en Études littéraire. J’avais entendu dire que l’équipe de la revue était en concertation sur sa raison d’être. Cet automne, j’en ai déniché un sur les présentoirs de l'UQAM. En l’apercevant, j’étais étonnée. Son format avait changé. Il ne ressemble plus à un magazine, mais à une petite publication modeste comme la revue XYZ ou Moebius ne contenant presque plus d’images que du texte. Ce n’est que la lettre qui parle. Encore faut-il que son nouveau contenant souligne l’importance de son contenu.

    J’ai relu avec attention les textes qui s’y trouvent (nous sommes en novembre, ça fait un bout que je possède la revue). Ma conclusion est celle-ci : plusieurs auteurs semblent vouloir y écrire à un degré au-dessus d’une lecture générale. Tant et si bien que cette lecture ressemble plus à celle d’un cadavre exquis qu’à des fictions ayant une narration suivie et sensée. J’ai littéralement décroché en lisant certains textes.

    Beaucoup présentent de la poésie contemporaine. Cette poésie qui ressemble à des haïkus (poème japonais de trois vers de 5/7/5 syllabes) qui doivent exprimer le plus de choses possible en peu de mots. Je dois dire que cette poésie ne m’attire pas du tout. J’en ai écrit des poèmes, il y a quelques années. Mais pas de ce style. Certains sont magnifiques, d’autres à perfectionner ou à oublier. Mais écrire de cette poésie en prose… me fait perdre pied. Il y en a sûrement qui la comprend, si des auteurs actuels et confirmés continuent à en écrire.
    Le seul texte qui ressort du lot - pour moi - est celui de Laurence Olivier. Sa fin m'a fait sourire. C’est un texte narratif, compréhensible, qui ne cherche pas à faire de « l’écriture expérimentale ». Qui a une signification, qui mène quelque part… Pour les autres, ils semblent être une sorte de journal intime, décrivant les états de leur protagoniste. Je ne pourrais me prononcer pour dire si les textes sont mal écrits ou non, étant donné que leur style d’écriture m’échappe.
    Sur ce, espérons que notre prochaine lecture de la revue soit plus agréable, plus digne d’intérêt. Un souhait pour l’équipe de rédaction : « Vous devriez être plus pointu et plus ouvert dans vos choix de textes à publier. Ainsi, votre travail mûrira et sera plus digestif pour vos lecteurs. » Les prochaines thématiques sont :

Plasticine (date de tombée dépassée)        &      Migratoires (pour le 23 novembre)

1 commentaire:

  1. À la suite de la publication de ce billet, ce commentaire apparu le 4 décembre 2009 :

    « Bonjour Gabrielle,

    Content d'apprendre que je ne suis pas le seul à penser cela à propos de ce fameux "revival" de Main Blanche.

    Le plus triste là-dedans c'est que je côtois la plupart des collaborateurs de ce numéro (ou de l'équipe éditoriale) et à part Laurence Olivier et Vincent Fillion, c'est pas fort fort et plutôt un "pétage de bretelle", si tu vois ce que je veux dire.

    Bref, au plaisir! :) »

    Son auteur était Alamo

    ----------

    Voici ce que j'avais répondu, la même journée :

    Merci d'avoir laissé un mot. Ça prouve que ce que j'écris vaut bien quelque chose. (Même si je pourrais le faire juste pour moi-même, j'aime tellement écrire ces articles!)

    J'ai dit mon opinion, ce que je pense qui arrive avec l'équipe éditoriale, bien que je n'ai jamais vraiment parlé à l'un d'eux. Hormis une dénommée Amélie (!?), je crois, parce que je trouvais un (ancien) Main Blanche plutôt prétentieux ou snob. Elle m'avait répondu que c'est justement cette impression qu'on devait avoir en lisant le texte d'introduction (supposément sarcastique) et qu'en fait, la revue s'adressait à tous et non pas à une seule catégorie d'intellectuels.

    Je pense que cette perspective a changé, mais en ce qui concerne le choix des textes, ou bien l'équipe préfère choisir des textes spéciaux (qui nous échappe) ou bien elle veut laisser la chance à certains qui écrivent d'une façon qu'elle apprécie particulièrement, faisant ainsi reculer ceux qui n'y sont pas habitués.

    RépondreEffacer

Formulez un ajout, un commentaire, une suggestion, un encouragement ou une critique, tant que ce mot soit respectueux et écrite dans un bon français.

Tout écrit hors de cette consigne n'aura pas de diffusion et sera supprimé.

Merci d'y porter attention.