Bio

Femme de lettres enjouée et engagée, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée, franc-tireuse, promotrice d'événements, de moments mémorables ou inusités, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

« La vie d'un individu a un sens seulement si elle contribue à rendre la vie de tous les êtres vivants plus noble et plus belle » - Albert Einstein

« Le temps est sans importance. Seule la vie est importante » - Le 5e Élément

« La victoire à plusieurs pères, mais la défaite est orpheline » - Anonyme

« En garde, si tu ne te rends pas à Lagardère, Lagardère ira à toi !» - Le Bossu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

TOUS DROITS RÉSERVÉS ~ 2009-2017

TOUS DROITS RÉSERVÉS ~ 2009-2017
Toutes mes publications sont sous mes droits d'auteure. Demandez-m'en l'autorisation pour toute citation. Merci.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

dimanche 19 février 2017

Rafale de lectures #1 : La patrouille du temps



La patrouille du temps
de Poul Anderson

(éditions J'ai lu, 1960)

Note : J'viens d'apprendre sur la Toile que ce roman serait considéré non pas comme un roman divisé en parties, mais comme un recueil de nouvelles. Or, je l'avais lu comme un roman, et je ne changerai rien de mon compte-rendu à son sujet. Merci de votre attention et respecter ainsi cet écrit. 

Note 2 : Chaque fois que je regarde la couverture de cette édition, je me pose cette question : « Mais pourquoi le personnage présenté voyage-t-il nu ? » Alors qu'il n'arrive rien de tel dans les histoires. Je suppose qu'à sa parution, ce fut un moyen d'attirer l'oeil...  


Ce roman en est un que je possède depuis très longtemps. Je ne me rappelle même plus où je me l'étais procuré. Je sais seulement qu'il est de seconde main. Comme je travaillais – en juin et juillet 2016 – sur une nouvelle de science-fiction, il était naturel que j'entame la lecture d'histoires de SF comme celle-ci pour m'inspirer et découvrir une vision de ce genre littéraire qui pourrait m'être utile.


Du présent au futur...


Son histoire est simple. Manse Everard, ancien vétéran de la deuxième Guerre Mondiale, donc issu du 20e siècle, répond à une petite annonce où un type de profil est recherché. Aussitôt embauché, il découvre qu'il est possible de voyager dans le temps par l'entremise d'une machine inventée au XXXe siècle et dont le passé est scrupuleusement contrôlé par une organisation paramilitaire ultra-secrète. Everard reçoit des conditionnements mentaux, d'une part, sur les différents époques qui lui seront possibles de visiter (dont leurs langues, leurs cultures, leurs armements, leurs styles de combat, etc.), et d'une autre part, pour qu'il lui soit dans l'incapacité de transmettre ses informations aux citoyens qui ne connaissent pas la vérité.



Quatre chapitres d'une vie en mouvement


Le roman est divisé en 4 sections qui s'apparentent aux nouvelles littéraires longues. Chacune expose une expérience particulière vécue par Everard. 

Dans la première, La patrouille du temps, le lecteur découvre en même temps que le héros cette possibilité de voyager dans le temps et les règlements importants auxquels tous aspirants patrouilleurs devront se conformer. Or, Everard est têtu et imprévisible, et ses réflexions (pour lui-même et d'autres, exposés à ses collègues) sont parfois plus judicieuses que les ordres et consignes reçus par son supérieur dans la poursuite de ses missions. Le second texte, Le Grand Roi, relate la disparition de son collègue et ami, l'anglais Keith Whitcomb, dans une époque donnée sans avoir redonné signe de vie depuis son départ. Everard se lance à sa recherche, pour le retrouver à une époque où les événements indigestes auraient pu se passer autrement. Puis, l'Anglais disparaît de nouveau. Le lecteur est alors projeté tantôt au courant de la Deuxième Guerre mondiale, tantôt à l'époque des grands rois de la civilisation grecque. (Un voyage dans le passé qui fut pour moi fort intéressant et instructif; une mise en scène vivante et haletante de faits historiques qui m'auraient été moins faciles à assimiler dans un simple livre-documentaire sur la même époque. Fascinant.) Le troisième texte, Échec aux Mongols, pose une question élémentaire. Que serait-il passé si les Mongols avaient réuni leur traversée des terres sauvages? Un patrouilleur rebelle d'une époque proche d'Everard tentera de changer le cours des choses en donnant raison au roi mongol au lieu de le laisser suivre le cours de son chemin, et écrire l'Histoire telle qui avait été contée à Everard qui s'ingéniera à contrevenir aux plans de l'autre en faisant appel en ses capacités de patrouilleur non attaché. (Je n'ai jamais lu de récit aussi détaillé en scènes de combat dont la plupart certes m'échappaient ou bien je finissais par en perdre le fil, cela étant dit, tout en leur confiant n'empêche une attention marquée.) Le quatrième texte, L'Autre univers, avance une autre question hypothétique. Si un fait du passé réussi effectivement à être modifié, qu'adviendrait-il dans le futur? C'est ce qui arrivera à Manse Everard et son collègue Piet Van Sarawak, dans cette histoire. Après un court voyage d'agrément dans le passé, reviennent à leur présent et constatent qu'il n'est plus le leur. Pour s'en sortir, les patrouilleurs essaient d'en apprendre davantage sur l'Histoire de ce « nouvel univers » en espérant retourner dans le passé exact qui a été modifié, bien qu'ils soient maintenus captifs et que leurs outils de voyage leur ont été confisqués.


Tous ces textes ou chapitres de vie d'Everard tissent une trame précise; une trame qui évoque nombre de faits et récits vécus antérieurement par le héros qui le guideront vers la prochaine étape à surmonter ou le prochain secret à percer. 


Suivre pas à pas ses aventures uchroniques


Ma lecture a été plaisante et animée. Beaucoup de scènes de combat finirent par me perdre. Pas que je n'en suis pas familière, j'en vois souvent au cinéma. Peut-être parce que je connais moins les façons de les décrire. Bref, j'en tire ce qui me plaît et laisse le reste aux autres. Au surplus je ne m'attendais pas à un récit aussi détaillé en faits historique, tant et si bien qu'ils ont rendu le récit si vraisemblable qu'ils m'ont permise de suivre de plus près les aventures uchroniques d'Everard... comme si je les vivais avec lui. L'auteur sait comment les mettre en place sans en abuser ou rendre son texte trop lourd. Enfin, ce roman doit être considéré comme un roman archétype de science-fiction dans son sens le plus profond. Car il y a un peu de tout, rassemblé à merveille, dans un étroit ouvrage de quatre histoires. À mon sens, un incontournable, si le lecteur désire en apprendre davantage sur le principe d'une uchronie et comment parvenir à obtenir une histoire réaliste et palpitante tout en demeurant fictive au plus haut point.

mercredi 15 février 2017

Rafale de lectures #1 : Revue Les Libraires


Revue Les Libraires #97
Édition d'octobre et de novembre 2016


Depuis des années que je lis la revue Les Libraires. Or, le flot de ses parutions me dépasse. Quand j'en ai une entre les mains, je ne la lis pas assez rapidement, déjà un nouveau numéro paraît! Pour ne pas en perdre une miette, je la glisse dans un coin de mon bureau avec ses sœurs. Et je lui dis « Un de ces jours... » Depuis, j'en ai accumulé deux dizaines!

_______________________________________________

Pour ne pas perdre de vue le numéro en cours, j'ai décidé de l'inclure dans ma Rafale #1 et sous les catégories suivantes : « Un titre non romanesque » et « Provenant d'un éditeur québécois ».
_______________________________________________

Une nouvelle allure?


Pour cette édition automnale, il est précisé que la revue aurait subi une cure de rajeunissement. Déjà que la manufacture d'auparavant (datant de moins d'un an ou deux) était ordonnée, agréable, pour la variante actuelle, je me m'y plonge pas de manière aussi aisée. Les artisans du livre ont beau être enthousiasmés devant son allure, son esthétisme, sa qualité... Pour ma part, je me perds, à ne plus trop trouver que ce que j'y cherche. Mes yeux traînent, se perdent sous la multitude d'informations qui y circulent. Autant du côté éditorial gorgé de mots, de paroles, d'idées, de mouvements, autant du côté des publicités de maisons d'édition ou se dédiant au Salon du Livre de Montréal. Comme s'il y avait trop d'images sur une même page. Pourtant, ce ne sont pas les textes informatifs qui manquent. Peut-être est-ce sa dimension gargantuesque qui occasionne ma confusion? 


Reportage « Qu'est-ce que la littérature québécoise en 2016 »


À première vue, cet intitulé me parut unique, et sympathique. Qu'est-ce que les artisans du livre québécois avaient à dire sur le sujet? Je lis le reportage avec attention... comme bien d'autres le liront. Séparé en trois volets, l'un propose un aperçu tantôt global, tantôt ciblé sur cette littérature, l'autre sur ses écrivains et un dernier, sur ses éditeurs. Mon préféré a été le troisième. Les éditeurs décrivent notre littérature d'une manière poétique, charmeuse, aussi lente et douce que le respir d'un ensommeillé. Sur le bord d'un rêve... à atteindre ou déjà atteint. Je ne m'y attendais pas. Je vous remercie, vous m'avez envoûtée.

Pour les deux premières... Je m'attendais à quelque chose de plus... de moins... de... Je ne me suis pas reconnue. Pas dans cette littérature que je côtoie pourtant depuis un moment. Comme si ma réalité était non partagée avec celle-là. Aucune mention d'auteurs des littératures de l'imaginaire ou fantaisiste. Que des auteurs d'écrits réalistes, blanc sur blanc, avec pour toute originalité une vision du monde – pour chacun – personnel. Comme s'il s'agissait de la dernière cuvée de parutions pour cette année, et non pas, d'une sélection choisie du pouls des écrits québécois de ces dix dernières années par exemple.

Les autres textes de ce reportage du reste présentent ce qui se feraient de mieux au Québec à travers la bande dessinée, la littérature policière qui nous fait voyager au-delà des noms d'auteurs connus qui circulent sans cesse (eh ben! Il en existe d'autres!!) et la littérature jeunesse (toujours des publications de ces deux dernières années! Cela semble signifier que la vie des livres ne peut s'étirer davantage, à moins de gagner des prix là où le temps n'a plus d'importance, comme pour Mlle Blouin. (Jetez un œil sur son blogue!)).

Pour lire les articles de ce dossier (qui sont également disponibles en ligne), c'est ici


Un titre qui ne m'aurait pas intéressée autrement


Bien sûr, comme à chaque numéro, il y a un lot de publications qui attirent l'attention et dont les titres reviennent, d'article en article, comme un rappel, un appel à les suivre, à les apprécier. Ces titres ont eu la grâce d'avoir été choisis par ce bassin de lecteurs avisés (que sont les libraires et autres gens du milieu du livre). Je ne leur en tiens pas de rigueur. Ils font leur travail. En général, ces livres m'attirent peu. Toutefois, en lisant la chronique de M. Dominic Tardif, je parviens à saisir l'éloge convié à la première publication de la chanteuse Stéphanie Boulay, laquelle ne m'aurait pas intéressée autrement. Dans l'article de M. Tardif, je lus : « [L'héroïne] vit dans une maison rongée par la crasse et les souris, laissée à l'abandon par Titi […]. Cette enfant [collectionne] les trèfles à quatre feuilles et passe beaucoup de temps au bord de l'eau […] ». (p.21) Ce résumé et sa protagoniste singulière me convainquirent.

Pour lire cet article (qui est également disponibles en ligne), c'est ici

_____________________________________________

Une lecture prochaine donc, en vue, pour mes Rafales!!
_____________________________________________


Autres offrandes, autres micromondes


Les autres articles portent sur des thématiques qui reviennent de numéro en numéro. Ici, un article sur des essais sur les finances offert par le professeur en philosophie Normand Baillargeon – lui-même essayiste de profession. Là, un article de la Mme Vonarburg en remplacement soit Ariane Gélinas. Un premier article pour Les Libraires qui rappelle plus le texte littéraire qu'un texte d'informations vulgarisées. Sa lecture est pétrie d'éléments issus du récit de ses titres de romans choisis... du moins la première partie dédiée à l'auteure de fantastique Martine Desjardins. Quant à l'article de Philippe Fortin, libraire chez Marie-Laura, il nous fait découvrir la plume incisive, ironique et cynique du français Jean-Paul Dubois, où pour lequel tous les héros – peu importe le roman – optent pour l'un de ses prénoms. Quelle singularité! Une intrigue qui m'incite à analyser l'ensemble de son oeuvre afin de cerner si ce « Paul » est un dédoublement de l'auteur ou pas. 

En somme, cette revue s'avère être une pièce maîtresse pour toutes parutions littéraires d'actualité, qu'elles suscitent l'attention ou pas, tout en demeurant une option personnalisée pour tout artisan du livre désirant proposer des œuvres qui n'auraient pas toujours d'autres réalités, d'autres prises en charge que leur simple parution chez un éditeur, et distribution sur les étalages déjà surchargés.

FIN

La chronique de Normand Baillargeon est disponible également en ligne
L'article d'Ariane Gélinas est disponible également en ligne
L'article sur Jean-Paul Dubois est également disponible en ligne

jeudi 9 février 2017

Petit retard dans mes parutions | En attendant, un survol d'un de mes leitmotivs

Petit retard pour la publication de ma Rafale #1 de lectures. J'entame leur publication ce dimanche. Veuillez m'excusez. 

* * * * *

En attendant, je vous propose quelque citations qui me font chaud au coeur et qui me donnent à réfléchir. Elles sont souvent des leitmotivs auxquels je me réfère pour m'aider à mieux sillonner la vie. 

Première citation inspirante : 


« Le temps est sans importance, seule la vie est importante. »

L'une de mes plus anciennes citations/leitmotivs. Une parole dite par un des personnages-Mondoshawans issu l'univers du film Le 5e élément qui est l'un de mes préférés. Dans cette histoire de SF, ces créatures provenant du confins de l'espace apportent sur Terre une clé qui mènerait à l'arme ultime auquel un jour elle devra requérir pour sauver son existence. Or, suite à un petit incident, l'une de ces créatures se retrouvent emmurer dans une salle d'une pyramide d’Égypte. C'est à ce moment-là qu'elle prononce les cosmiques paroles qui depuis, font parties de moi, de mon univers, de ma vie. 

La Vie est ce qu'il y a de plus précieux et de plus fragile. Dès qu'un être tombe malade, il voit son existence lui filer sous le nez, réalise qu'elle a été courte, bien courte. Si vous saviez tout le temps et l'énergie qu'on perd dans la futilité! Des niaiseries deviennent Everest, et au fond, ne servent pas à postérité. Elles ne sont qu'à que pour nous ralentir, retarder notre avancée ; des obstacles à braver, à surmonter. Pas à contourner. À SURMONTER.
 
Longtemps, j'ai choisi inconsciemment de contourner certains d'eux (dont ma toxicomanie envers les jeux PC) et fini par me rendre compte qu'ils monopolisaient ma vie... Depuis trop longtemps... Que je peinai à parvenir à leur dire sincèrement et sérieusement ADIEU. 

J'ai des alliés-es, de rares vrais amis pour m'aider à franchir la ligne... d'une vie plus belle, plus grandiose, plus remplie. Des proches qui me soutiennent, jour après jour... année après année. (Je les admire en secret. J'admire leur courage, leurs croyances, leurs forces intérieures.)

Quand je reviens à « Le temps est sans importance, seule la vie est importante », cette parole me permet de croire que bien que j'ai perdu du temps à contourner des obstacles importuns, je sais que l'important, ce n'est pas ce temps perdu, mais le fait que je puisse encore vivre une vie normale et agréable. Tant que j'en ai la santé, cela est possible.


Pour moi, toute vie est importante. Qu'elle soit humaine ou animale, ou végétale ou un mixte de tout ça! (Il en existe! Par exemple, les cerfs portent des bois... végétales..., les anémones sont des animaux marins qui agissent comme des plantes...) Toutefois, si « toute vie est importante », la mienne propre devrait l'être tout autant que les autres, non? 

C'est ce vers quoi je compte m'orienter au courant des prochaines semaines, au courant des prochains mois. Je vous en reparlerai. :)

dimanche 5 février 2017

Ma première expérience de Rafale de lecture

Pour cette première expérience de Rafale de lectures, je suis assez satisfaite du résultat. 

Cinq publications variées. 

Une revue. Deux publications québécoises. Une britannique et une américaine.

J'ai été contrainte pendant plusieurs semaines par des impératifs de vie auxquels je devais (et que je dois encore) consacrer beaucoup de temps et d'énergie, et ces lectures m'ont permis de m'évader, et de me ressourcer. Et... de me fournir des idées d'écriture. :)

Je n'ai pas rédigé de comptes-rendus pour chacune de mes lectures. Cela m'aurait pris trop de temps et de billets à publier. Certaines m'ont moins accrochée que ce à quoi je m'attendais, d'autres firent le contraire, et ont resté imprégné en moi un bon moment. Ci-dessous, la liste de mes choix. Chacun d'eux comporte un énoncé qui indique en partie la raison pour laquelle je l'avais choisi. (Vous retrouvez également ces énoncés dans l'onglet « Mes Rafales » en dessous de l'intitulé de mon blogue :



Rafales #1 -- Nov-Déc 2016


  • La patrouille du temps de Poul Andersen aux éditions J'ai Lu – 1960.
    [Livre issu de ma PAL, Lecture qui fait réfléchir]

  • Revue Les Libraires Oct-Nov 2016
    [Titre non romanesque, Livre provenant d'un éditeur québécois]

  • Les nouvelles du père (Recueil de textes) d'auteurs multiples aux éditions Québec Amérique – 2015
    [Titre non romanesque, Livre provenant d'un éditeur québécois]

  • La ferme des animaux, George Orwell aux éditions Gallimard - 1994
    [Livre provenant d'un écrivain de renom, Roman avec des sujets inusités, Lecture qui fait réfléchir]

  • Arielle Queen Tome I et II aux éditions Intouchables – 2007
    [Livre provenant d'un éditeur Québécois, Les deux premiers titres d'une série littéraire fantaisiste en lien avec l'une de ces autres lectures]



Les énoncés en caractère gras furent mes premières incitations à lire ces œuvres. Les autres sont mes incitations complémentaires ou supplémentaires de les apprécier.


* * * * * *

En outre de ces lectures, j'ai entamé un livre-documentaire sur l'Histoire de la Science-fiction. Un livre très pertinent et fort instructif. J'y ai noté nombre trop de lectures à venir, et des films à visionner. Et j'ai feuilleté également un livre sur le thé, boisson dont je raffole! hihi

* * * * * *

Mes prochaines parutions sur Tout en Syreeni consisteront en ces comptes-rendus dont je vous parle. Puis, de mes Rafales #2 qui se déroulent du 1er Février au 31 Mars inclusivement.

Sur ce, un grand MERCI de me lire et de continuer à porter intérêt et attention à mes aventures. ^ ^

De grandes salutations à mes chers lecteurs, à mes chères lectrices !