Bio

Femme de lettres enjouée et engagée, artiste visuelle et conceptrice, chroniqueuse culturelle passionnée, franc-tireuse qui n'a pas sa langue dans sa poche, promotrice d'événements, de moments mémorables ou inusités, émerveillée par les richesses artistiques de son Québec natal.




« Tout le monde peut trébucher, se fourvoyer, sans être perdu pour autant » - Professeur Charles Xavier

« Les êtres d'exception ne respectent pas les règles. Ce sont eux qui les réécrivent » - Katniss Everdeen

« Qui ne dit mot, consent » - Proverbe

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

samedi 14 janvier 2017

Blogue en pause jusqu'à (bis)

J'ai vécu une semaine infernale. Je ne peux vous en souffler mot. Ce sont des obligations auxquelles je dois voir, et dont les tenants sont hors de contrôle. Visiblement. :(

À cet égard, je n'ai donc pas eu le temps de voir à mes prochaines parutions de billets de blogue. 

Je les reporte pour la semaine prochaine, vendredi (20 janvier), midi.

Merci de votre patience.

Salutations,

G. Syreeni

jeudi 5 janvier 2017

Blogue en pause jusqu'à

Pour mieux reprendre le fil de parution de mes prochains billets de blogue. 

Pour bien les préparer aussi. 

Je suspens les activités de Tout en Syreeni jusqu'à vendredi, le 13 janvier. (Oh! un vendredi 13!) D'ici là, vous pouvez toujours suivre mes activités sur ma page Facebook d'artiste-conceptrice et ma page Facebook d'écrivaine que je me suis ouverte pour cette nouvelle année. (Voir la toute première parution pour en apprendre plus de détails.)

Bon retour des fêtes ! Et à bientôt ! 

G. Syreeni

lundi 26 décembre 2016

Compte-rendu d'exposante - Foire d'artisans dans une école primaire : Mention à quelques artisans ! (partie III)

Mentions à quelques artisans

Par ailleurs, je tiens à remercier ces excellentes voisines de leurs trouvailles ingénieuses pour mes prochains concepts de produits. J'ai estimé, ce samedi-là, leur présence attentionnée, conviviale et touchante. Des ressources inépuisables d'idées de création que j'espère avoir la chance de revoir ou de réentendre, dans l'avenir. Ces dames offrent des décorations de vêtements et des sacs à main fait en textiles recyclés. Parfois, de vieux retails de tissu, comme les miens, pour mes poupées, parfois, des vêtements trop abîmés dans leur état actuel, pour être portés de nouveau. Le nom de l'entreprise qui n'a ouvert ses portes que depuis mai et dont l'une des dames, y travaillent à temps plein s'appelle : « Créations Périard ».

Mention aussi à la jeune pâtissière (Les pâtisseries de Stéfinette) qui distribuait aux artisans ses produits restant pour ne pas les perdre, avant de quitter la foire et dont les petits plats sont délicieux. Je lui avais d'ailleurs fortement convié à présenter ses créations à Florence Gauthier (l'organisatrice en chef de la foire des artisans dont j'avais publié un compte-rendu ici), qui pourrait sûrement lui trouver une petite place, durant ses foires.

Mention aussi à un autre voisin-exposant qui vendait des produits de nettoyage provenant d'une compagnie appelé Le Domaine et dont les exposants étaient des jeunes issus d'un organisme s'apparentant à une coopérative de travail, en région. Un endroit qui offre des petits contrats de travail et premières expériences d'emploi pour des jeunes dans le besoin. J'aimerais parfois qu'il existe de si belle initiative à Montréal! Il y en a, certes, mais... règle générale, je trouve tellement qu'on abandonne les jeunes à eux-mêmes, ici. Déjà que les services de DPJ et Centres jeunesse sont déficients. En plus de couper partout pour les services psychosociaux dans les écoles. Grrr... Sérieusement, je commence à me sentir Finlandaise dans la tête... à savoir que là, ils prennent de la jeunesse pour leur assurer un futur digne, et nous, ici... c'est tellement... tellement laissé à l'abandon... Depuis la fin de mon propre secondaire. Peut-être même avant... :-/

❃❃❃❃❃❃

Et place aux préjugés...

Seul bémol, je ne pouvais pas bien communiquer avec l'un de mes autres voisins en raison d'à priori (ou préjugés) que ceux-ci avaient en tête et qui les empêchait de considérer comme bonne mes idées. Par exemple, je lui avais parlé du fait qu'à ma foire en octobre, il n'y avait pratiquement personne, alors que la promotion avait été faite depuis un ou deux mois, et qu'il avait plu, etc. (Pour lire mon compte-rendu à ce sujet) Mon interlocuteur me répond : « C'est pas des raisons recevables ça! À tel endroit, il y a tellement de monde... Peu importe qu'il pleut ou fasse beau, les gens y vont quand même ! » D'accord, mais peut-être que cet endroit existe depuis longtemps, que la personne qui l'organise fait beaucoup avec un budget monstre comparé à ma foire Extraordin-Artiste qui ne reçoit pratiquement pas de subventions et dont certains coûts sont payés de la poche même de l'organisatrice! Si la réponse que j'avais entendu de ce premier n'était pas un préjugé, dites-moi ce que c'est? Même chose pour quand survient une première approche auprès de ces gens qui ne croyaient pas que j'en étais à ma dixième exposition tant la présentation de mon kiosque était modeste.

Comme on dit, il faut de tout pour faire un monde ! 

Conclusions

En somme, j'ai adoré mon expérience à cette foire, qui était magique, sympathique, au-delà de mes attentes, malgré un problème du côté de la promotion, à ce que j'ai ouï-dire, malgré qu'il y a quand même eu une affluence notable. Un problème aussi du côté de la communication avec l'organisation, avec laquelle je peinais à avoir des réponses à mes questions quand je leur envoyais un message courriel. Or, comme il s'agit pour cet endroit d'une première expérience de foire dans cette veine – vraiment réussie, et exceptionnelle -, les petits désagréments finissent par être peu gênantes...

Ce qui ne veut pas dire qu'on vend plus à Longueuil. J'ai croisé des artisans qui disaient n'avoir gagné que la moitié du coût de leur table, et pratiquement détestés leur expérience. Mais peu importe, je me dis qu'on doit donner une chance à toute activité entreprise...


Fin




samedi 24 décembre 2016

Joyeux Noël !


Je prends un p'tit moment
Pour vous souhaiter un bon temps
Des Fêtes! De l'amour, du bonheur, 
Qui durent et durent des heures

De l'entrain, de la féérie
Des merveilles, des regards fleuris
De l'entraide, du chocolat chaud
De la santé et des beaux mots !

G. Syreeni

mercredi 21 décembre 2016

Compte-rendu d'exposante - Foire d'artisans dans une école primaire : Profils de mes visiteurs et rencontre avec des artistes :) (partie II)

Rencontre avec l'auteure de Lucioles et un talentueux artiste-peintre

Au retour à mon kiosque, ce même samedi-là, je n'attendais plus que l'arrivée des visiteurs. Parfois, j'attrapai au passage des artisans qui prenaient le temps de visiter les kiosques lors des moments tranquilles. Ainsi, je fis la connaissance d'une jeune auteure – la seule autre plume de cette foire, j'avais ouï-dire - qui présentait son roman Lucioles publié aux éditions Premières chance et quelques tableaux. Nous jasâmes un brin. Elle m'affirma que faute de trop de refus de la part des éditeurs, son manuscrit finit par être accepté par un pseudo-éditeur qui publiait son oeuvre (je me demande si elle a eu juste un petit peu de coaching d'écriture?) en échange d'un certain lot de livres qu'elle serait contrainte de distribuer elle-même. Autrement dit, elle serait tombée dans le panneau de l'édition à compte d'auteur critiqué par nombre de littéraires autour de moi. Malgré que cette jeune auteure ne me paraissait pas embêtée de la situation, au contraire. Des librairies avaient accepté son livre et depuis l'été, une centaine d'exemplaires avait été vendue. O_O

J'avais tout de même jeté un oeil à son opus et constatai qu'elle n'avait pas eu la chance de retenir les services d'un maître à écrire comme celui que j'ai eu, en 2014. Des verbes « être » à profusion. Des mots imprécis. Des prises en charge. Bref... Oui aux éditions Première Chance, mais une première chance à quel prix?


❃❃❃❃❃❃


Je perçois d'un bon oeil l'encan chinois qui offert au courant de cette foire, après avoir discuté un bon moment avec un employé de l'école qui y exposait comme artiste peintre et porte le nom de Pierre Bussières. Les travaux qu'il présentait étaient très bons et majestueux, alors que j'appris qu'il avait développé son art de manière autodidacte – et son travail est impressionnant ! Il me racontait que le secteur où se situait cette école en était un défavorisé où les parents n'avaient pas souvent les sous pour faire de beaux cadeaux de Noël. Dis comme ça! Ne nous gênons pas !


❃❃❃❃❃❃


Aperçu de mon kiosque durant la deuxième journée.
J'avais éliminé le panneau pour un montage encore plus simple... voire plus littéraire. :)


Des visiteurs de tout acabit



Dès que je réalisai ma première vente, durant cette foire d'artisans – très professionnelle – dans le gymnase d'une école primaire, je sentis que tout rentrait à la normale. Cette journée-là, je reçus nombre visiteurs à mon kiosque et de toutes sortes d'allures.
  • Une femme très impressionnée par toutes mes créations me le soulignait sans arrêt : «Ah ! Tes petits livres, que de bonnes idées! Que c'est beau! Tes petits hiboux! Wow! Les illustrations, j'aime beaucoup! » Le type de client modèle dont rêvent un peu tous les marchands! ^ ^ Je pense qu'un peu plus et cette personne aurait acheté toute ma table! Mais ce n'est pas arrivé. Heureusement! lol
  • Une cliente ayant visité mon kiosque la veille - et visiblement était aussi à l'aise de visiter cette foire que nous (exposants) - avait fait l'acquisition, pour sa grande fille, d'une des mes poupées-hiboux! Une première vente issue de ce lot! Et celle que préférait une bonne amie à moi. hihi Je suis super contente que ce projet ait trouvé un preneur ou plutôt qu'un visiteur se soit décidé à s'en procurer un!
❊  ❊  ❊  ❊  
Lors de mes foires, je ne compte plus le lot de personnes qui trouvent mes créations belles, mais qui n'osent pas s'en procurer un. Soit parce que le prix les rebute, soit parce qu'ils n'ont pas les moyens, ou encore n'ont peut-être pas la place chez eux. Mais quand c'est pour « offrir » ah là! la situation est tout autre. Cette même cliente, dont je viens de décrire l'achat, s'est aussi procuré l'une de mes pelotes-têtes de chats... comme cadeau pour un proche! ;o)
    ❊  ❊  ❊  ❊  

  • Une visiteuse avait été particulièrement fascinée par mes écrits et mes créations, et désira les lire. Or, elle venait tout juste d'arriver et préférait faire le tour avant de revenir à mon kiosque... tout en me soulignant avoir publié plusieurs romans aux éditions Pierre Tisseyre, et n'avait pas encore osé publier ou écrire de textes dans une autre branche. Auteure d'un certain âge que je n'ai pas revue... trop de lieux devant lesquels s'arrêter peut-être?
  • Il y avait le visiteur qui tentait de comprendre le « concept » de mon kiosque en y voyant pour chaque objet ou produit une petite histoire. Moi, sur le coup, je n'avais pas saisi sa perception, alors, j'avais répondu « Mais bien sûr, il y a une histoire pour chaque objet... en général. » Je lui fis ma présentation et tourlou! Visiblement, ce n'était pas à CELA qu'il s'attendait. o_O
  • Il y avait le visiteur qui ne comprenait pas le produit dont j'avais fait don à l'organisation. Il pensait qu'un objet était caché à l'intérieur. Je lui répondis « ce sont des retailles de tissus que j'aurais jeté autrement au rébus avec lesquels j'avais rembourré la poupée...
  • J'ai eu le visiteur qui tripait sur mes affiches (je n'en avais que 4 différentes), mais ne trouvait pas chaussure à son pied, et quittai mon kiosque, sans rien dire, au lieu de me signifier son intérêt et de me proposer de réaliser une commande spéciale pour lui. X_X Dommage! Je l'aurais fait avec plaisir.
  • Il y a eu l'acheteuse de derrière minute, voire celle qui désire se procurer un petit bout de tout le monde, au moment où la plupart des exposants pliaient bagage. Comme je cernais son profil de client (j'en avais rencontré tout plein, des comme celles-ci, à Expozine), je décidai d'attendre son arrivée. Et je ne fus pas déçue! Elle adorait toutes mes idées de créations, surtout celles avec du tissus récupérés et mes mini-livres, en s'en procurait quelques-unes. ^ ^ Une dernière vente qui me permis d'atteindre mon objectif de base, soit d'au minimum de payer le coût de ma table! MERCI BEAUCOUP.
  • Des clients ont adoré mes idées sur les chats, soit mes mini-livres et mes pelotes-chats d'épingles et s'en sont procurées! Malgré une tendance – pour mon kiosque – à la vente de projets en tissu, mes autres projets, plus classique, d'édition, aussi conquérir un public. Excellent!  
À suivre...